• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


cevennevive cevennevive 24 mars 15:54

Bonjour,

Mon père, après la guerre, où il était brancardier à Marseille pendant la guerre, descendant des bateaux, souvent dans ses bras, des blessés et des malades venus d’Afrique, avait attrapé le paludisme.

Enfant, j’étais terrorisée par ses crises de fièvre où il tremblait à faire bouger son lit.

Ma mère avait toujours de la quinine sous la main et lui en donnait aussitôt. Deux heures après, mon père pouvait vivre normalement.

La maladie a duré quelques années, puis a disparu.

Il a donc pris de la quinine très souvent. En principe, pas d’effets secondaires. Il est devenu un vieillard ordinaire sans pathologie particulière.

Pour moi, ceux qui pinaillent sans arrêt autour de la chloroquine, et je parle des « médecins » et « spécialistes », sont en quelque sorte des assassins. Pourquoi ne pas essayer ce médicament sur les gros malades ? Pendant qu’il délirent à perte de sens commun, des morts auraient pu être évitées. Combien de morts ? C’est scandaleux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès