• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


charly10 25 mars 11:44

Le confinement quasi général est une méthode qui peut donner des résultats, surtout lorsqu’on n’a pas anticipé. Mais avec quelles suites pour l’état psychique de nos concitoyens confinés et quels dégâts pour notre économie. On en verra les effets après 3 à 6 semaines de confinement. Il faut s’attendre de ce côté-là a une catastrophe encore plus importante car, à ce jour ,70 % de notre économie est à l’arrêt et 730000 personnes sont au chômage partiel.

Face aux actions amener contre cette pandémie, la communauté scientifique se divise en atermoiements, pour ou contre l’emploi de ce médicament. L’affaire de la chloroquine pose à nouveau le problème des egos dans le milieu scientifique ; Apparemment le « mandarinage » existe toujours ;il serait temps que la médecine mette en œuvre un système type CRM (cockpit resource management en anglais) mis en place en aéronautique et utilisé principalement pour améliorer la sécurité aérienne( le CRM se concentre sur la communication et la relation interpersonnelle, le leadership et la prise de décision dans le cockpit d’un avion de ligne).

 

Bref face aux dérives égocentriques dans le milieu des « pontes scientifiques », le politique se doit d’agir en action responsable et savoir faire le tri dans les différents avis, en favorisant avant tout le bon sens…..si tant est que nos décideurs actuels en soient encore pourvus... !!.

L’action du Pr Raoult actuellement révélée au grand public, est-elle discutable ? Peut-être mais,bien que la procédure utilisée ne soit pas dans les standards, de la recherche médicale,il faudrait quand même faire quelque chose face à cette attaque massive du virus. Si on est devant quelqu’un qui se noie, on ne va pas le laisser mourir parce que la bouée que vous voulez lui lancer n’est pas aux normes .

Ce médicament, la chloroquine, n’est pas nouveau. On connait ses effets secondaires depuis très longtemps. Si le patient contaminé, peut médicalement le supporter, il parait logique de traiter avant les symptômes et pas au dernier stade. C’est pourquoi, on ne peut pas critiquer la démarche du Pr Raoult qui réagit en médecin de guerre, en employant les principes de la médecine de guerre. Dans le traitement de cette épidémie, il faut d’abord agir rapidement , et après l’orage, une critique sévère devra être engagée afin de mettre en place une politique économique et sanitaire radicalement nouvelle en termes de souveraineté de notre système de santé.

 

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès