• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


@Yann Esteveny UN GRAND PERVERS : 

Jacques Attali poursuit son délire. A la faveur du débat sur le « mariage » homosexuel, il prend sa plume pour exprimer toutes les implications, les plus ultimes et les plus délirantes, des principes révolutionnaires sur lesquels repose la défense du « mariage » homosexuel.

« Nous allons lentement vers une humanité unisexe, où les hommes et les femmes seront égaux sur tous les plans, y compris celui de la procréation, qui ne sera plus le privilège, ou le fardeau, des femmes. […] La sexualité se séparera de plus en plus de la procréation […] Nous allons inexorablement vers une humanité unisexe, sinon qu’une moitié aura des ovocytes et l’autre des spermatozoïdes, qu’ils mettront en commun pour faire naitre des enfants, seul ou à plusieurs, sans relation physique, et sans même que nul ne les porte. Sans même que nul ne les conçoive si on se laisse aller au vertige du clonage« , écrit-il.

En un mot, Attali veut bâtir l’homme nouveau, libéré de toutes les déterminations naturelles qui entravent, selon lui, l’exercice de la liberté individuelle. C’est donc les grand retour des apprentis sorciers, pour lesquels le principe de précaution ne vaut que pour les arbres, mais qui n’ont aucune crainte, au nom de leur idéologie, de menacer le fragile équilibre humais que des siècles de civilisation ont su maintenir. Le simple bon sens est évidemment heurté par ces délires d’un homme qui veut se faire Dieu, et qui nie le réel pour le mieux lui substituer son propre schéma idéologique. Sauf que le réel ne plie pas devant l’idéologie. Celle-ci ne s’impose donc que par la seule force de la violence…


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès