• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pascal L 23 septembre 16:32

@Decouz
Le problème des Evangiles est que beaucoup continuent de considérer qu’ils ont été écrits initialement en Grec. C’est une thèse qui vient du protestantisme. Le Grec nous pose un problème, parce qu’il ne s’agit pas d’une langue unique mais de trois dialectes différents au moins. Les Biblistes sont reconstitué une pseudo langue grecque unique qui n’a pas beaucoup de sens. Nous savons maintenant que les Evangiles ont été récités puis écrits en araméen, la langue de Jésus. Le texte en araméen contenu dans la Peshitta, la Bible des Syro-chaldéens, est tel qu’il est possible de prouver qu’il est plus ancien que les textes connus en Grec mais aussi que les textes en Grecs sont de bien plus mauvaises traductions que la traduction latine de St Jérôme.
Le fait de retrouver les marques permettant la récitation dans les textes araméens permet de vérifier la cohérence du texte et de retrouver les quelques extraits qui ont été ajoutés ultérieurement. En tout cas, pour Matthieu, le texte est parfaitement homogène et montre que l’auteur était bien unique. Les clés de l’oralité fonctionnent comme des clés de chiffrement numériques et montrent que le texte n’a pas été altéré. Deux textes en araméens nous signalent que Matthieu a récité son Evangile pendant 6 ans et l’a mis par écrit la 7ème année (donc année 37).
Pour l’Evangile de Marc, il existe un ajout à la fin du dernier chapitre.
Pour Jean, c’est un peu plus complexe, mais nous savons que Jean a été convoqué vers 33 devant le Sanhédrin et qu’il a du préparer un texte de défense en araméen pendant sa journée en prison. Ce texte est probablement la base de son Evangile qui a effectivement été complété plus tard. Néanmoins, les éléments de contexte historique, bien que moins nombreux que pour Luc s’avèrent également très précis, ce qui laisse supposer un auteur ou une source réellement témoin des faits rapportés. Jean connaissaient également les difficultés dogmatiques de l’Eglise de Jérusalem qui conduira à la scission des Ébionites en 62 et répond à leurs objections.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès