• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


c481 8 octobre 2020 22:36

@Gani
 
Dans le contexte guerrier qui règne depuis juillet, il y a toujours des abrutis d’un côté comme de l’autre pour tenir des propos hargneux.
Votre parrain turc ne fait pas mieux (exemple parmi d’autres : Devlet Bahceli qui appelle à « noyer l’Arménie dans le sang »).
 
Des massacres, il y en a eu de part et d’autres ; pensez à Nor Maragha.
C’est le lot tristement habituel dans ce genre de guerres.
 
Vous essayez de nous vendre un Azerbaïdjan idéal, respectueux de ses minorités, alors que c’est loin d’être le cas. Les minorités musulmanes sont en cours d’azérification (turquisation) rapide.
Quant à la haine contre les arméniens, elle ne retombe pas, elle est même glorifiée.
Pensez à l’affaire Ramil Sarafov : en 2004, à Budapest, donc en Europe, ce militaire azéri assassine à coups de hache un officier arménien pendant son sommeil. Condamné à 30 ans de prison en Hongrie, il est extradé en 2012 vers l’Azerbaïdjan, où il devait purger sa peine.
Aussitôt arrivé, il est libéré, fêté en héros, promu officier, et reçoit en prime 8 ans d’arriérés de solde et un logement gratuit !
Chez vous en Azerbaïdjan, tuer un arménien n’est donc pas un crime.
Quant à la fraction arménienne au parlement de 2018... Deux ans plus tard, les arméniens de Chouchi (Karabakh) étaient passés au fil de l’épée.
 
Je ne connais pas l’organisation que vous citez, mais je connais les loups gris...
Certes ils sont turcs, pas azéris, mais la différence est mince (comme l’affirme Erdogan : « Deux Etats, une nation ! »). 
Des individus de ce genre, il y en a malheureusement dans tous les peuples.
 
Les pogroms ont pu avoir lieu des 2 côtés, mais le chiffre de 200 000 azéris en 1988 est grossier ! Et le premier pogrom anti-arménien a eu lieu dès février 1988 à Soumgaït. La guerre qui a suivi n’a sûrement pas fait retomber le rejet et le peur de l’autre.
 
En vérité, la cohabitation pacifique de vos deux peuples est une fable, un leurre que vous tentez de nous vendre.
Pour les arméniens, cela traduirait immanquablement par la valise ou le cercueil !
 
Une partition est toujours difficile, mais c’est la moins pire des solutions réalistes.
Que l’Azerbaïdjan reconnaisse la sécession de l’ex république autonome du Haut-Karakbakh, et que les arméniens rendent les autres territoires occupés (Agdam, vallée de l’Araxe, district de Kelbadjar).
Mais comme aucun des deux camps n’est prêt à reculer jusque là, alors le conflit s’éternise.

Pour en revenir à votre article, il est clairement orienté.
Les assaillants du parlement arménien ont toujours déclaré avoir agi pour renverser des dirigeants selon eux corrompus, en les accusant de « boire le sang des arméniens ». Aucun lien n’a été établi avec une quelconque organisation.
 
Diverses théories ont fleuri, comme celle que vous soutenez.
D’autres y ont vu la main de la Russie, ou de la Turquie, ou bien de la France ou encore des Etats-Unis.
Certains ont même émis l’hypothèse que l’attentat aurait été commandité par le président arménien de l’époque, pour éliminer ses rivaux.
Parmi toutes ces théories alternatives, celle que vous avez choisie n’est évidemment pas neutre.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès