• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


moderatus moderatus 22 octobre 2020 11:09

@Albert123
On ne mettra pas fin à la situation actuelle en recadrant seulement la communauté musulmane mais en recadrant toutes les minorités victimaires dont le discours pleurnichard est quotidiennement ressassé et mis en valeur dans des médias aussi complices, que la magistrature, l’administration publique et la classe politique.

===========================================================
Bien sur qu’il faut recadrer toutes les communautés victimaires, mais il ne faut pas se voiler la face, l’ennemi contre lequel il faut combattre aujourd’hui est l’Islamisme.
c’est celui qui gagne toutes les institutions , avec pour objectif, 
la déstabilisation de notre démocratie, et l’installation d’un pouvoir religieux.

Les professeurs depuis des années s’autocensurent , et demain il n’oseront plus
enseigner que ce que l’islamisme permettra.

"De Jean-Pierre Obin qui rapporte l’infiltration de l’école dans un rapport de 2004, consciencieusement mis de côté par l’Éducation nationale, à Didier Daeninckx qui raconte le clientélisme en Seine-Saint-Denis, d’Eric Diard qui a enquêté sur la radicalisation au sein des services de l’État, au rapport d’enquête du Sénat sur l’état de la radicalisation en France, le dossier est fourni et les preuves s’accumulent, mais l’action de l’État reste hésitante quand elle n’est pas inefficace. Ainsi pour les activistes islamistes qui rêvent d’installer la charia en Europe et de conquérir le pouvoir en déstabilisant nos sociétés et en radicalisant leur communauté, cet attentat a été une démonstration de force, mais elle leur a surtout révélé à quelle point notre société politique était fragile et nos dirigeants pusillanimes. Alors que les grands périls normalement déclenchent les unions sacrées, c’est le sacre de l’aveuglement et de la lâcheté que les années après 2015 ont consacré. Aujourd’hui encore, l’État refuse de vraiment s’attaquer aux causes dont les Français subissent les conséquences. On combat le terrorisme tout en pactisant sur certains territoires avec son terreau, l’islamisme, ou en feignant de ne pas voir le lien entre la propagande de l’islam politique de la multiplication des passages à l’acte. Pendant que la police essaie d’éviter les attentats, le travail de propagande des islamistes lui n’est pas combattu, et le fait que ce travail porte ses fruits est nié ou n’est pas pris en compte dans les politiques publiques."


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès