• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Super Cochon Super Cochon 1er décembre 2020 09:23

.
.
Empoisonnement par vaccination !
.

.

 
  • Le tableau donnant la liste des graves effets secondaires est très inquiétant : On ne peut y distinguer les effets secondaires occasionnés chez les personnes vaccinées de ceux observés chez les personnes ayant reçu le placebo, y aurait-il quelque chose à cacher ?
  • Comme attendu aucun effet secondaire n’est relié au vaccin par les investigateurs,
  • Il y a une majorité d’effets secondaires graves chez les plus de 70 ans, CONTRAIREMENT à ce qui est écrit dans le titre et le résumé !
  • La plupart des effets secondaires graves sont observés pour des participants dont les données sur l’injection de la deuxième dose ne sont pas communiquées : pourquoi ? La première dose aurait-elle provoqué des effets si préoccupants que la deuxième dose n’aurait pas été injectée ?
  • En ce qui concerne les effets secondaires « bénins » attendus, on observe plus de réactions indésirables avec le vaccin qu’avec le « placebo » déjà très immunogène !
Cerise sur le gâteau, Astra-Zeneca vient d’admettre avoir commis une erreur dans son protocole qui fausserait les résultats mirobolants d’efficacité : une partie non négligeable des participants a reçu une demi-dose de vaccin au lieu de la dose prévue ; comment faire confiance à des essais aussi mal menés et aux publications officielles qui en sont faites ?
.
.
1- AstraZeneca

ChAdOx1, est un vaccin à vecteur adénoviral de chimpanzé, recombinant non répliquant. Risque indépendant du virus :
  • l’ADN injecté peut dans des cas rares se recombiner avec l’ADN d’un autre virus qui se trouverait dans une cellule où le vaccin est injecté,
  • Risque d’insertion de l’ADN injecté dans le génome humain,
  • Risque de réactivation du virus de chimpanzé servant de vecteur,
  • Risque de réaction immunitaire non spécifique due à l’injection d’un virus.
De nombreux effets secondaires ont déjà été décrits dans cet essai :
  • Les essais ont été interrompus 3 fois de suite suite à la découverte d’effets indésirables graves pouvant être attribués au vaccin ;
  • Le protocole a été changé en cours d’étude ce qui n’est pas acceptable d’un point de vue scientifique,
  • Le placebo a été remplacé par un vaccin très immunogène , le vaccin anti méningocoque, connu pour provoquer de graves effets secondaires. (21)
  • Le protocole précis n’a pas été rendu public : où est la transparence ?
  • On ne sait pas comment est produit cet ADN ; On ne connaît donc pas sa longueur, laquelle peut moduler la réaction immunitaire.
2-Sanofi-GSK

Le protocole est totalement secret, il en est même question dans les médias, Ouest France et France Culture. Sanofi développe 3 types de vaccins, le plus avancé semblant être celui composé d’une protéine recombinante (la spike protéine) fabriqué à partir de baculovirus d’insecte, ce vaccin sera adjuvanté par l’AS03 de GSK, soupçonné d’être responsable des graves effets secondaires du Pandermix, vaccin contre la grippe H1N1 de 2009 (22). Cette technique à partir d’un baculovirus est récente et vient seulement d’être homologuée en Europe pour les nouveaux vaccins grippaux de 2020.

Sanofi travaille également sur un vaccin à ARNm (voir ci-dessous) et sur un vaccin contenant comme vecteur le virus vaccinal de la rougeole (atténué). Ce dernier vaccin pourrait cumuler les risques du vaccin rougeole et ceux d’une réactivation du virus atténué suite aux manipulations génétiques qu’il subira.

3- Janssen, Johnson & Johnson

Les essais ont été interrompus après un événement grave susceptible d’être attribué au vaccin (23). Ce vaccin utilise la technique d’un adenovirus humain rendu incapable de se multiplier chez l’homme.
Cette technique concerne des vaccins non utilisés en Europe (Ebola) ou pas encore approuvés (Zika, VRS, VIH)
Ceci n’est pas pour apporter la confiance du public comme le souligne Rebecca Chandler, experte en vaccino-vigilance auprès de l’OMS (25)

4- Pfizer
Il y a une incohérence dans le protocole Pfizer : l’observation de effets secondaires graves est censée durer 6 mois seulement alors que l’étude complète dure 2 ans, pourquoi ? De plus Pfizer offrira le vaccin à tous les participants qui ont reçu le placebo  : comment alors distinguer les effets spécifiques du vaccin ?
5- Vaccins à ARNm, Pfizer, Moderna, CureVac

Les trois autres contrats signés par l’UE concernent des vaccins à ARNm dont deux ont été très médiatisés (Moderna -contrat en cours de négociation au 20 novembre- et Pfizer), le troisième est CureVac qui a vu également vu monter le cours de ses actions en bourse suite à la publication d’un preprint sur les essais.
Pourtant les effets secondaires immédiats semblent plus graves avec ce vaccin qu’avec ses concurrents, possibilité d’insertion dans le génome du vacciné de matériel génétique viral, si rencontre avec un virus possédant une transcriptase réverse comme le VIH. (24)
Citons également les risques liés à la présence de PEG (polyéthylène glycol), utilisé dans les nanoparticules vectrices des vaccins à ARNm (26). Il existe des anticorps contre le PEG chez 72% des américains (27). Il se peut donc que cet adjuvant provoque des maladies auto-immunes. De plus c’est une molécule est toxique. (28)

6- Risques communs à tous les vaccins
Le protéome humain et celui des souris partage beaucoup d’épitopes de la spike protéine (qui sont utilisés comme antigènes dans les vaccins) : ceci pourrait provoquer des maladies auto-immunes. Il existe également un mimétisme entre des épitopes de la spike protéine et certaines protéines neuronales humains qui font craindre des maladies auto-immunes neuronales (29)
Défauts prévisibles dans l’exploration des effets secondaires dans les essais et dans la pharmacovigilance post-commercialisation
Les effets secondaires seront classés par les investigateurs comme étant reliés au vaccin ou pas, (30) Il faudrait que des experts indépendants puissent avoir accès aux données cliniques brutes pour pouvoir les contrôler. De plus l’annonce prématurée des premiers résultats faramineux d’efficacité montre que les essais ont été dévoilés, ne sont plus en double aveugle, et donc ne sont plus fiables ! Les experts désignés pour contrôler ne sont pas indépendants et leurs noms sont tenus secrets.

.
https://fr.sott.net/article/36350-Vaccins-anti-Covid-surs-et-efficaces-Avis-du-Conseil-Scientifique-de-la-HAS-ce-qu-en-a-fait-la-Commission-Europeenne

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès