• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


vraidrapo 4 décembre 2020 10:18

Lorsque les Ottomans avaient besoin des Kurdes pour asservir les provinces chrétiennes, ils les désignaient pompeusement « Turcs des montagnes »...

En 1915, ces Turcs des montagnes ont vigoureusement participé à l’extermination des convois de femmes et d’enfants que les gendarmes détournaient vers leurs villages sur le chemin du désert vers Alep...

J’invite ceux qui doutent à se renseigner auprès des associations kurdes de France qui le reconnaitront très volontiers. Il y a eu des exceptions, comme toujours.

https://www.cultura.com/la-solitude-des-massacres-tea-9782402037761.html

Juin 1915 - La guerre embrase l’Europe. Et, de nouveau les Balkans. À Istanbul, le gouvernement nationaliste jeune-Turc, allié des Allemands rêve de reconquêtes. L’Arménie, enclave chrétienne en monde musulman pourrait être un obstacle. Elle sera éliminée. Près de deux millions de morts. Presque autant que de soldats français et anglais tués durant la Grande Guerre. Dix fois plus de victimes qu’à Hiroshima ! Le premier grand génocide de l’Histoire. Mais qui s’en souvient ? Papken Injarabian avait neuf ans. Petit garçon perdu dans la tourmente, il a vécu l’atroce exode de tout un peuple que massacrent, dépouillent, violent, les hordes de Kurdes, stipendiées par les Turcs. Il a découvert la mort, la faim, la soif, l’esclavage... mais c’est un enfant et il veut vivre. Il veut aimer, rire, chanter, s’amuser... Il croit en la vie, comme il croit en Dieu, dur comme fer. Vous n’oublierez jamais cet enfant emporté par le tourbillon de la folie des hommes.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès