• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


I.A. 17 février 19:11

@beo111

Il faudrait juste se renseigner « un tout petit peu » : après 5 à 6 minutes d’arrêt cardio-circulatoire, il existe des lésions irréversibles touchant tous les organes nobles (cerveau, cœur, rein, foie — on dit même 3 minutes pour le cerveau).

Donc les secours ne sont appelés que parfois, fort heureusement. Placer des défibrillateurs (DAE) un peu partout dans l’espace public avait pour objectif de commencer la réanimation au plus tôt, afin de sauver un maximum de personnes...

Déplacés sur sur un ACR de nonagénaire, le SMUR est sensé constater le décès et enlever le corps, pas jouer aux cowboys, restant de toute façon incapable d’accomplir des miracles. 
Les appeler sur un ACR en EPHAD ( = personnes âgées dépendantes) relève donc de l’acharnement thérapeutique.

Il est un moment où il faut se poser les bonnes questions en toute franchise : voulons-nous survivre coûte que coûte, y compris à l’état de plante grabataire ? Ou est-il plus digne de partir sans tralala, soit entouré de ses proches, soit après avoir pu leur dire au revoir ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès