• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


I.A. 20 février 10:15

Il est entendu que votre demande est légitime, je suis d’accord avec vous, et que le timing est sensé être bien choisi pour adresser cette lettre au... Bonhomme de la République.

C’est juste que lorsque vous écrivez : « Monsieur le Président de la République, je vous demande de vous déclarer en faveur de la liberté [...] », eh bien on se dit que le Petit Bonhomme, ne sachant déjà pas respecter la liberté tout court, comment pourrait-il octroyer celle de choisir sa fin de vie ou de refuser l’acharnement thérapeutique ? 

N’oublions pas que les vieux et les malades rapportent énormément au lobby pharmaceutique. Que la Sécu va progressivement être remplacée par les mutuelles. Que les Bonhommes de la République sont devenus de vulgaires administrateurs, pour ne pas dire gestionnaires, sans aucun scrupule ni la moindre bienveillance...

Selon moi, à terme, les vieux pauvres auront le droit de n’avoir aucun soin, qu’ils le veuillent ou non, et les vieux riches n’auront que celui de se faire soigner « quoi qu’il leur en coûte »...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès