• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


La sexualité masculine adulte retient l’attention de Michel Fain, avec une plume trempée au vitriol d’une ironie mordante et d’un humour assez cruel : l’homme adulte oscille entre une sexualité de couple fixée à ses objets œdipiens et une sexualité de groupe, celle « d’après banquet », celle des « bandes de labadens » prêts aux « descentes en commun vers de mauvais lieux », sous l’influence d’un meneur, réel ou imaginaire, qui capte les fonctions du surmoi et évacue l’angoisse de castration par un mouvement régressif vers l’analité. La figure mythique de Don Juan, parangon du meneur imaginaire chez qui « l’attachement tendre a été refoulé [alors que] seul subsiste le courant sexuel vers des objets peu estimés » (p. 50), vise à maintenir le groupe homosexuel des frères en détruisant constamment et répétitivement la famille. Ca, c’est le réel.... Régression vers l’analité (homo....oeconomicus qui dit bien ce qu’il veut dire : la régression et la fixation de l’humain à la finance est une manière de nature homosexuelle" d’éradiquer la différence sexuelle. N’a-t-on pas résumé Auschwitz par une terme explicite : l’anus du monde....


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès