• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Prenons l’exemple de l’homosexualité qui dans la majorité des cas est liée à une fusion à la mère qui ne peut se défaire. A qui la faute ? Au père absent et qui s’en arrange bien. A la mère qui a choisi un homme faible ou n’ayant pas les qualités pour être père (autoritaire, distant, inaccessible,...) ? tout dépend en fait de la personnalité des parents ou de ceux qui en font office. Mais je resterai opposé à l’homo-parentalité. Pourquoi : parce que pour mûrir et se trianguler, l’enfant à besoin d’être confronté à la différence de personnalité entre la mère et le père. Ce qui lui permet d’accéder à l’ambivalence et sortir de la dualité (c’est bien OU mal). Il peut se dire peut-être que papa a raison, mais peut-être aussi maman.... Les couples homosexuel se choisissant souvent en miroir selon un critère narcissique, fusionnent et ne peuvent donc aider l’enfant à entrer dans une étape de sa maturation : la nuance....et la capacité de faire la synthèse entre ce qui est bien et mal ; Tout n’est pas blanc ou noir, mais gris...50 nuances de gris...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès