• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Durand Durand 27 juillet 11:15

Les Néo-zélandais ont réglé ce genre de problème de manière magistrale...

Les sites sensibles où l’on peut découvrir les richesses animales, végétales bénéficient tous de kilomètres de passerelles en lattes bois. Un simple grillage à poules cloué sur ces passerelles sert d’antidérapant (très efficace) dans les passages humides en montée ou en descente, ou s’il pleut.

On peut aller partout, s’approcher de tout et de nombreuses cahutes munies de discrètes meurtrières permettent d’observer la faune la plus rare à quelques mètres de distance et de faire de magnifiques photos (dont celle de mon avatar : le yelow eye pinguin de Otago peninsula, dans l’île du Sud).

Plus près de chez-moi, des passerelle du même genre ont été mises en place par le Conservatoire du Littoral pour visiter les zones lacustres du delta de l’Argens sur la commune de Frejus... 

Sauf cas rares, il vaut beaucoup mieux aménager les sites sensibles, quitte à en réguler l’affluence et/ou prévoir des guides accompagnateurs, plutôt que les interdire au public. Tout le monde y gagne.

..


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès