• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Ariovis Venamis Ariovis 9 septembre 11:44

C’est le mot habitué, sauf que tous les riches ne s’adonnent pas aux affaires et aux cartels, du moins pas avec les mêmes frénésies ni avec les mêmes buts. Les rentiers pépères existent, et pas que les rentiers pépères. Dire epicheirocratie ou cartellocratie, bien que je ne me fasse pas d’illusions sur la lourdeur et la faiblesse des usages eut égard à ploutocratie, c’est insister sur des démarches et sur la réalité du phénomène. Car le phénomène reste républicain, et « démocratique » dans son genre : si demain tu gagnais au loto (pour le dire vite) tu pourrais tranquillement te lancer dans la course, à condition que tu sois assez intelligent pour t’ajuster aux milieux, qui sont d’ailleurs traversés par des « non-riches » aussi, qui ne sont pas sans importance, tels que les cadres ordinaires qui peuvent se retrouver au milieu de pontes pour leur expertise et leur consulting, etc. même si comme partout il y a des effets de mode et des « têtes » récurrentes, bon an mal an, pour le meilleur et pour le pire. Et c’était sans parler de l’espionnage industriel, et de l’espionnage tout court (aujourd’hui largement industriel, puisque le monde est industriel) on disait anciennement complexe militaro-industriel, comme on disait bourgeois. Mais ces notions, de même que ploutocratie, ne sont pas assez disruptives, en ce sens qu’on nous impose des disruptions et qu’il est utile d’affiner. C’est bien pour cela que le syndicalisme s’est perdu en chemin : il ne fait plus œuvre de recherche critique, mais de conformisme.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès