• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


pierrem 3 mai 2007 10:48

Je constate à propos du débat sur le débat un évident manque de recul voire une relative mauvaise foi généralisée. Rappelons un fait systématiquement vérifié à chque débat de la Vème République : Les débats du 2ème tour servent essentiellement à renforcer les conviction de vote. Sur ce point chacun des candidats on réussit.

Les Sarkozystes sont satisfaits : leur candidat a gardé son calme. Et bien sûr, convaincu par ses arguments (oh surprenant !)

Les Royalistes sont satisfaits : leur candidate a tenu tête à son adversaire. Et bien sûr, convaincu par ses arguments (oh surprenant !)

Franchement vu à quel point les 2 candidats ont joué, et ce depuis le début de cette présidentielle, sur l’affectif, le sensible, l’irrationnel il est extrêmement prétentieux d’avoir un commentaire objectif sur ce débat. Cela rend aussi toute concession, tout concordance avec l’adversaire impossible. On a pas deux amoureux(se) à la foi ! Suivant notre position par rapports aux candidats on adoptera pas la même manière de raisonner, ni les même paradigmes !! Car on est submergé par l’affectif. Ce qui est parfairement recherché par les candidats. Par exemple : L’auteur de cet article, clairement pour sarko, a été plus sensible (peut-être inconsciemment) à la prestation de son candidat simplement parce qu’il le soutient. Il ne se rend peut-être même pas compte à quel point il peut parraître de mauvaise foi à un soutien de Ségo !

En fait je pense que cette présidentielle 2007 a rendu tout débat profond impossible par la nature même de l’adhésion à un candidat. L’affectif ! Nous avons vécu une campagne sans précédent, pour tous les partis, au niveau de la propagande en France (en allemagne ils ont eu 1932). Le nombres de meetings, leur organisation à l ’américaine, le militantisme plus élevé que jamais, l’impression d’un choix de société profond, les médias montrant France acculée à choisir pour évoluer, des discours centrés sur les sentiments (Sarko comme Ségo) tout cela ne participe pas à des discussions « techniques », concrètes et rationnelles. La plupart des chiffres cités par les candidats sont des bluffs incroyables, du vent. Mais le charisme est là alors il se trouvera toujours un militant pour dire que tout ça ça ne compte pas et que son candidat est le meilleurs. Le problème c’est que pour gouverner un pays correctement le charisme ne suffit pas.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès