• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


libertylover phthoreux 29 mai 2007 01:31

Il y a quelque chose d’indéniablement sympathique chez BHL.

L’amour ébloui et fidèle qu’il voue à sa femme par exemple. On peut insinuer qu’il s’agit d’une forme d’expression bourgeoise et réactionnaire des sentiments, n’empêche, c’est touchant. Il y a aussi la conviction sincère qu’il construit une grande oeuvre philosophique et l’acharnement qu’il manifeste pour tenter de laisser une trace. Trente livres ce n’est pas rien et cela suffit pour qu’on le respecte.

Au delà de ces considérations liminaires il y a hélas cet univers sucré, superficiel dans lequel il évolue, qui privilégie le « paraître » davantage que « l’être », et qui baigne dans les poncifs et les déclamations boursouflées. Hélas, la pensée de BHL est plate, assez insipide et tous les artifices de forme tendant à en rehausser la saveur sont vains. Lorsqu’il parle, il use et abuse de citations, mais ces béquilles virtuelles ne parviennent à donner consistance et tenue à son discours.

Pour son dernier ouvrage, il est parti sur les traces de Tocqueville en Amérique. Louable dessein, mais on pense plutôt à Bécassine tant il paraît loin de son modèle et tant il semble passer à côté du sujet. Son périple, pompeusement intitulé « American Vertigo » aboutit à une somme épuisante de clichés, d’évidences ou de micro-anecdotes insignifiantes auxquelles il accorde une importance démesurée. Il voyage (25.000km !), mais il ne « sent » pas l’Amérique car il reste trop extérieur à elle. Formidable découverte : il constate ébahi que tout est grand là bas, les autos, les hôtels, les aéroports, les centres commerciaux ! Il révèle qu’à New York il y a des prisons et même des prisonniers à l’intérieur ! Que Las Vegas c’est la ville des excès, des paillettes, des spectacles de peep show et de lap dancing ! Il a même rencontré avec stupéfaction un indien anti-sémite ! Il dit enfin combattre l’anti-américanisme, mais on cherche ce qui trouve vraiment grâce à ses yeux dans ce pays. Comme tout benêt il exècre au premier degré Bush et les « néo-conservateurs ». Il juge la guerre en Irak absurde et désastreuse, tout en condamnant l’esprit munichois face au totalitarisme. Il nous sert enfin quelques couplets éculés sur le puritanisme, la religion, le capitalisme... En somme ce livre fait penser à la réflexion de Jean-François Revel :« quiconque souhaite se renseigner sur les Etats-Unis dispose de tous les moyens d’y parvenir, même sans y aller. » et que « si l’on est mal renseigné, même en y étant allé souvent, c’est qu’on veut l’être. »

Je conseille donc sur le sujet, la lecture de « l’Obsession anti-américaine » de ce dernier, ou bien la relecture de Tocqueville encore très actuel et trop méconnu en France. Je me risque enfin à proposer mon ouvrage « L’esprit de l’Amérique » dans lequel j’ai cherché humblement à recenser tout ce que le monde doit à cette nation fascinante.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès