• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


dilettante 27 juin 2007 06:25

Article qui a le mérite de vulgariser...

Vous dites :

Car, cela est en général peu su par l’opinion publique, la population de l’île est diverse. On peut distinguer trois grands groupes : ceux qui se sentent d’abord « chinois », ceux qui se définissent en priorité comme « taIwanais », et les aborigènes. Ainsi, à Taiwan, beaucoup de personnes parlent au moins deux langues, le mandarin traditionnel et le taiwanais (qui provient du dialecte de la région chinoise de Fujian). Les aborigènes, concentrés notamment dans les montagnes du centre et sur la côte orientale de Taïwan, parlent en général leurs propres dialectes, mais aussi le taiwanais, et ont souvent été scolarisés en mandarin.

Ce n’est pas faux, mais vous négligez de mentionner un aspect important, soit la proportion de ces groupes : il est essentiel de préciser que les aborigènes ne comptent que pour 2% de la population, c’est à dire franchement pas grand chose, vu qu’il n’y a que 22,7 millions d’habitants sur l’île... Un quart de la population revendique quelques gouttes de sang aborigènes, dont le président précédent Lee Teng-hui, bien que KMT, avait fait un test d’ADN pour prouver ses origines aborigènes, ouvrant ainsi la voie à l’instrumentalisation des fanatiques du DPP...

Comme le dit Wikipedia (fr) sur son article sur la démographie de Taiwan, les « continentaux » représentent 14% de la population ; ils ont des origines chinoises comme tous les autres mais n’ont émigré qu’avec la défaite du KMT lors de la « Guerre de libération ».

A noter qu’en Europe avec l’émergence des concepts d’Etats-nations, entités créées au hasard de l’histoire et des conflits et non de la vox populi, on a du mal (surtout en France) à comprendre le concept de Nation depuis toujours en vogue en Extrême-Orient, basée sur l’origine ethnique. Pour cette raison-ci, une grande partie de la population de Taiwan (plus ou moins de la moitié au cours des fluctuations des sondages, ce qui crée justement ce problème d’identité nationale) se ressent ou non chinoise, même si ce sont leurs arrière-arrière-grands-parents qui ont quitté le Fujian pour partir sur l’île et ne devraient, pour nous Européens, ne plus ressentir un quelconque attachement à leur Chine d’origine, ce en dépit de la propagande identitaire taiwanaise deversée à grands flots depuis l’arrivé au pouvoir de Chen en 2000.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès