• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


couchkik 17 juin 2007 13:27

Julien Doré est certes un Charlot, dans la tradition française du dandy humoriste cependant. Les plus grands interprètes et les plus appréciés internationalement ont souvent associés le costume étriqué au calembours pernicieux. Dutronc, Gainsbourg... En digne héritier de cette époque avant tout mythique à la télévision, le blondinet a saisi que tout ce « trip nouvelle star » est un grand moment de vintage, une spirale dans le passé qui nous ramène aux grandes heures du télécrochet (que je suis trop jeune pour avoir connu). D’où le choix quasi constant de mélodies ringardes, de tubes sous-disco (dalida, cloclo et autres cocciante). Il procède à une mise en abîme nostalgique du concept de l’émission pour ma plus grande joie. Julien c’est un peu « la variété se réveille avec la gueule de bois ». On n’est pas dans l’humour façon parodie des « inconnus » mais plutôt dans une tristesse faussement joyeuse comme assis à un bar où la télé passerait Michel Drucker. Rinaldi ? Guy Marchand ? Non, Nick Cave, Tom Waits. En effet techniquement tout ça est un peu approximatif et sûrement son physique, sa dégaine nous font ravaler beaucoup de critiques évidentes. Or c’est justement l’élément incroyable et absolument unique à l’heure actuelle en France qu’a ressucité Julien Doré : le chanteur érotique. Cela faisait des décennies que nous n’avions pas vu une telle aura sur scène chez nous à milles lieux des Calo-Benabo-Delermo-gero, sympa proprets gentils. Lui il agresse par ses gestes, ses attitudes, ses mini-vestes, ses colifichets et autres gels décoiffants. Une somme irritante mais incroyablement sensuelle car combinée justement à l’autodérision, la blague, la culture et le recul sur soi. Car dès sa sortie du jeu, pour ceux qui l’ont un peu suivi, Julien a chanté par deux fois sur canal +. Et qu’a-t’il chanté ? He bien une chanson un peu rock cheap en version ballade ukulélé puis un truc indie américain vraiment très pointu d’April March aussi en version ukulélé. Déjà fini la gueule de bois disco, c’est parti pour la complainte du crooner sans le sou !!! Il a déjà retrouvé le personnage originel comme quoi, tout ça c’était bien du cinéma...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès