• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Psion 14 juin 2007 17:22

@ Bois-Guisbert : Je ne voulais pas répondre, mais l’égo faisant... Et c’est vraiment trop gros.

« Mais quoi qu’il en soit, ce n’est que si elle est explicitement prévue et résolument appliquée que la peine de mort joue son rôle de dissuasion. A Psion qui ne croit pas à la valeur de l’étude des professeurs Dezhbakhsh, Rubin et Shepherd, je réponds que moi, j’y crois. »

Bien, donc tu y crois sans l’avoir lue. Sans avoir lu les contre-arguments. Sans pouvoir expliquer pourquoi tu acceptes les conclusions.

En somme, tu fais feu de tout bois : parce que tu as décidé que la peine de mort était la solution, tout ce qui va dans ton sens est valable, et le reste des foutaises.

Ca me rappelle les « débats » univoques sur la terre plate ou ronde... et inquisiteur, tu l’es assurément.

« J’ajoute, cependant, que si ces universitaires - le dernier corps de métier à qui je ferais confiance pour parler de la peine de mort, c’est bien celui des économistes, tous mes compliments pour la pertinence de l’argument - ont déterminé que chaque exécution épargne, en moyenne, dix-huit homicides à la société américaine, je me contenterais d’un seul cas de dissuasion pour cent exécutions, pour justifier la peine de mort sans aucune discussion. »

De 1 : le nombre de 18 est évidemment à prendre avec des pincettes. D’autres études, ce que tu saurais si tu avais pris la peine de lire l’article, articulent des évaluations allant de 3 à 14.

De 2 : Ma remarque sur les économistes, que tu n’as pas comprise, était dirigée sur le mode de raisonnement même des économistes. Je préfèrerais de loin lire des études par les hommes les plus à même de faire de telles recherches, soit des sociologues. Ma citation des sources, citation que tu as toi sciemment ommise, démontrait que je ne tenais pas leur branche de recherche pour un argument en soi. D’où ladite citation. Mais je pense que c’est ici seulement de la mauvaise fois de ta part, personne n’est aussi distrait.

De 3 : Quand bien même nous réussirions à sauver des vies innocentes, il faudrait ne pas perdre de vue les vies innocentes tuées. Je t’invite à relire l’article qui, chiffres à l’appui, traite du sujet. Je t’aide, ça parle deux fois du chiffre 3.

De 4 : Quelle pauvreté de vue. Heureusement que ce type de playdoyer (reposant sur un manque total de connaissance et de compéhension) est aujourd’hui traité avec mépris. C’est signe que nos sociétés ont beaucoup appris, à défaut d’un certain nombre de leurs citoyens.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès