• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


duffy duffy 12 septembre 2007 19:35

Cet article est intéressant car il pose bien le problème du décalage qui existe entre la législation et son application. Derrière les propos de l’auteur, on sent bien que seul un corps de fonctionnaires formés aux relations internationales, capable de maitriser plusieurs langues étrangères et qui a voyagé (à ses frais) peut arriver à résoudre l’équation en évitant les drames humains, autant que cela soit possible dans ce domaine délicat. Nous sommes loin du compte. Les problèmes posés par l’immigration sont des problèmes de flux. Croire que nous pourrons vivre derrière des frontières hermétiques a toujours été un mythe, qui ne fera que s’amplifier car les vecteurs de communication vont en augmentant. Ainsi, chaque pays récolte l’immigration qu’il mérite. Lorsque les fonctionnaires d’un état sont capables d’énoncer des règles claires, compréhensibles pour le nouvel arrivant, la donne s’éclaircit. Si, derrière ce premier rideau, l’état a pris soin de développer des trames de travail en collaboration avec les chefs d’entreprise du bassin concerné, on peut diriger l’immigré vers ce qu’il recherche, un travail digne, avec un logement. Reste à monitorer le nouvel arrivant de façon à ce qu’il comprenne que son séjour chez nous est conditionné à la réalisation de plusieurs évènements : 1) l’apprentissage de notre langue 2) le respect de nos lois - avec un petit plus sur l’explication de ce qu’est un état laïque - 3) le respect de son contrat de travail. Notre nouvel arrivant doit bien comprendre qu’il ne peut rester chez nous que dans la mesure ou il y exerce une activité, que dés lors que sa mission est terminée, il doit repartir chez lui, et cela à ses frais, et non aux frais du contribuable français. Le même corps de fonctionnaire devrait être chargé de suivre individuellement chaque nouvel arrivant. Si celui-ci commet un manquement à ses obligations, il devient immédiatement expulsable quel que soient les circonstances - avec ou sans enfants, avec ou sans famille - Les expulsions doivent être assez dures pour dissuader les étrangers d’entrer chez nous clandestinement. Il y en a assez d’assister à ces scandales répétitifs ou un jeune Sénégalais va draguer une Française qui passe ses vacances en Afrique pour obtenir des conditions d’entrée légales, puis ne fait que bénéficier de transfert sociaux sans apporter quoi que ce soit à notre collectivité. Il faut que cela cesse.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès