• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


ddacoudre ddacoudre 20 novembre 2007 23:46

bonjour wang pi

ton article est bon mais il se fait le porte parole de ce que transmet depuis 1983 le discours néolibéral de gauche et de droite qui c’est accentué sur l’accent de la victoire avec la fin du communisme (auquel j’ai souscrit car je suis un libéral qui ne confond pas la philosophie libérale et capitalisme que j’ai toujours combattu)il n’était plus utile pour les libéraux capitalistiques que la marié se fasse belle.

Dans l’analyse juste que tu fais de la position de sarkozy, tu définis sans peut-être le savoir ce qui caractérise les démocraties totalitaires, mais pas le libéralisme qui considère qu’imposer la décision d’une majorité aux autres est antinomique de la morale libérale. Seul le contrat peut apporter une réponse à cela, et le contrat suppose que les individus soient représentés quand ils ont une communauté d’intérêts particuliers. Ce n’est donc pas en détruisant le syndicalisme et l’expression de l’opposition (qui varie suivant les présidences) que l’on développe une démocratie libérale. le libéralisme ne se limite pas<à l’économie. c’est l’inverse, il tire ses principe économique de sa morale et de sa philosophie.

Vos propos sont sensés mais il faut qu’il tiennent compte d’une manipulation systématique que font tous les présidents.

Au premier tour chaque candidat reçoit le vote de ceux qui sont d’accord avec leur programme, en l’espèce ceux qui sont favorable au programme Sarkozy sont ceux du premier tour. Et je crois me rappeler qu’il arrivait tout juste au 1/3.

Le deuxième tour n’est qu’un choix par élimination, et hormis les partisans déjà connus les autres, se prononcent sur d’autres choix que leurs seulement leur programme.

Alors quand un président dit que la majorité des Français l’ont élu pour qu’il applique son programme électoral c’est faux. Les autres présidents savaient cela, lui le sait aussi, mais fait celui qui l’ignore pour répondre seulement à son électorat, c’est pour cela qu’il le répète sans cesse dans une espèce d’autojustification.

Alors l’autre partie des français ils sont en droit au nom de l’opposition de défendre leurs intérêts particuliers de quelle nature qu’il soit, c’est le principe de base du libéralisme auquel se réfèrent tous les tenants du capitalisme, sauf quand cela ne les concerne pas.

il est donc bien naturel que l’industrialisation des consciences (titre d’un article) conduisent à développer le point de vue que tu rapportes.

cordialement.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès