• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Daniel Roux Daniel R 25 janvier 2008 18:13

Le Capitalisme est une idéologie assez proche du fonctionnement de la Nature comme par exemple la sélection des espèces.

En gros, les plus forts mangent les plus faibles, ceux qui s’adaptent le mieux prospèrent le plus et occupent l’espace..etc..

Le Communisme est, à l’inverse, une idéologie utopique applicable uniquement dans le monde des idées où vivent les êtres parfaits, donc pas chez nous.

Notre bonne vieille Terre est peuplée d’une espèce intelligente mais cupide, se souciant majoritairement plus de son seul intérêt que de l’intérêt général. Ce qui explique le succès du Capitalisme et l’impossibilité du Communisme (a ne pas confondre avec les sanglantes dictatures qui s’en réclamaient).

Ce qui est pathogène dans le système actuel, c’est à mon avis, l’utilisation qui est faite de la monnaie. Cette dernière n’est à l’origine, qu’un moyen. Des coquillages, des graines de cacao, des morceaux de métaux précieux par exemple, servaient de référentiels pour faciliter l’échanges de marchandises.

De fil en aiguille, des "génies" ont construit des outils permettant de transformer ce moyen en marchandise. Marchandise très demandée puisque, CHAQUES JOURS, des centaines de milliards de dollars sont échangés, dont seulement une infime partie correspond à des échanges de marchandises.

Au début, l’invention du crédit a été un formidable outil de développement :

La banque m’avance l’argent pour acheter une maison avec une hypothèque sur le bien, puis soit je lui rembourse le capital en 20 ans plus une prime qui représente son salaire, soit elle se rembourse en vendant la maison.

Puis ça s’est compliqué, les banques se sont prêtées de l’argent sans garantie. Puis elles en ont prêter à des spéculateurs pour un mois, pour une semaine, pour une heure. Des centaines de milliards se sont mis à circuler sur la planète. Les spéculateurs jouaient sur les matières premières, sur les guerres, sur le dumping social, sur les monnaies, sur des rumeurs, sur du vent (la bulle internet par ex).

Un génie a inventer les obligations pourries (junks bonds) qui servaient à acheter des entreprises prospèrent afin de les dépecer et de revendre les plus beaux morceaux en jetant les restes, précipitant des milliers de salariés dans la misère.

Un autre de ces génies a inventer la merveilleuse titrisation des dettes. Les dettes devenaient des titres comme les autres. Puis on a mélangé dans un même titre les bonnes dettes rentables et sans risque, avec des mauvaises dettes très rentables mais risquées. Puis on les a vendu à tout le monde et tout le monde en voulait, non pas des risques mais de la forte rentabilitée.

Et puis tout explose, la baisse de l’immobilier entraînent la baisse des garanties, la hausse des taux d’intérêt font exploser l’endettement et conduit de nombeux emprunteurs à la faillite, et tout le monde s’affole car personne ne sait plus où sont les risques, ni quels sont les montants en jeu. Les banques perdent des fortunes, les crédits s’assèchent, l’économie réelle manque de financement, la recession menace, des hommes vont perdre leur emploi, la misère va progresser.

Et si ces produits pathogène, purement financiers et spéculatifs, étaient définitivement interdits ? Et si la monnaie n’était utilisée que pour les échanges réels et les crédits garantis ? Et si les hommes politiques faisaient leur boulot dans l’intérêt général au lieu d’être seulement les représentants du grand capital.

Et s’ils en profitaient, par la même occasion, pour supprimer les paradis fiscaux symboles du blanchiment d’argent sale, de la grande fraude fiscale et de la corruption publique et privée ?

Incorrigible, me voilà reparti dans le monde des idées.

 

 

 

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès