• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Claude Simon Tzecoatl 27 janvier 2008 10:18

@Michel Maugis :

"C´est faux. Vous ne pouvez nier le classement dans la catégorie du communisme sans dire un autre en remplacement. Quel est donc cet autre mode ? Vous ne l´avez pas fait et votre exemple confirme le communisme de la préhistoire. "

La défense du territoire serait plutôt un étatisme primitif, bref un tribalisme.

"Que ce communisme soit tribal ne change rien à son caractère déterminé par le mot COMMUN et donc par la propriété commune des moyens de productions.

Cette propriété commune ne permet pas un enrichissement par capitalisation privée et donc un développement accéléré des forces productives que produit la capitalisation. La conscience des hommes n´était pas suffisamment avancée et la production trop insuffisante pour amener les hommes à prendre conscience de la nécessaire capitalisation du travail. Ce n´est qu´une fois que la production fut suffisante qu´il fut possible de penser en la capitalisation du travail et donc à la propriété privée qui la rendait possible. "

Rien ne dit que les moyens de production étaient communs ou pas.

Une bonne pierre taillée ou un bijou (apparition vers -50000 -40000) n’appartenaient pas forcément à tout le monde, loin de là. Ce n’est pas pour autant que je vais aller invoquer le libéralisme ou capitalisme primitif pour autant, du fait d’une appropriation individuelle.

"Ce fut un des progrès les plus énorme de l´Humanité : le passage à l´esclavagisme. Avant les ennemis étaient tués. C´est l´apparition de la société classiste et donc de l´apparition nécessaire de l´État assurant le maintien de l´ordre classiste et donc en faveur des propriétaires et non des exploités. Il s´en suivit l´apparition de l´idéologie religieuse donnant une justification religieuse à cette aliénation économique de la destinée humaine, en offrant une autre aliénation, religieuse cette fois. "

On date le fait religieux de l’apparition des sépultures, à savoir -700 000 environ. Permettez moi de mettre en doute votre chronologie.

Cependant, noter l’esclavage comme un progrès révèle votre probité.

"Ces outils appartenaient nécessairement au groupe, à la tribut et non à un homme en particulier, même si ils pouvaient être attribués à un homme en particulier, car à cette époque apparaissait déjà la division du travail sur une base nécessairement collective et concertée."

De même, je ne vais pas aller évoquer un fordisme primitif.

"’Ce n´est pas parce que le profit se doit d´être immédiat que la recherche du profit sur une base privée n´est plus efficace pour assurer le bien être général. "

Exact, cependant cela a été le cas du fait du lien à long terme qui obligeait les contractants.

"Il n´a jamais cherché le bien être général"

Il faut bien l’avouer, n’est ce pas ? Le producteur se doit tout de même de trouver en face des consommateurs (et donc à lui assurer quelque revenu, en passant par le dernier larron de ce tryptique capitaliste, le banquier, émetteur de monnaie), de là à assimiler la consommation à du bien-être ...

Evidemment, le consommateur ne consommant pas forcément le produit de son travail, la tendance est bien que le producteur (patron) n’a plus d’intérêt à rémunérer correctement son salarié, d’autant plus dans un cadre mondialisé, cet intérêt qui pouvait sembler pertinent pour Ford est aujourd’hui infinitésimal.

"L´idéologie a-marxiste subsiste que par l´intensité et la multitude des moyens qui l´imposent dans la tête des gens. "

Effectivement, l’omnisciente littérature libérale nuit au renouvellement de la réflexion.

 

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès