• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


thirqual 17 mars 2008 11:00

Je suis pas ingénieur, mais doctorant en géochimie... depuis les années 20, on observe dans les pétroles des traces des organismes à la base du kérogène. Miracle, ces organismes correspondent bien selon l’origine supposée du combustible trouvé (type I, II et III de kérogènes pour lacustre ou très proximal calme, marin et continental). En plus les rapports H/C, O/C et N/C correspondent, quelle coïncidence !

Pas de bol pour les Russes, les deux théories s’appliquent avec autant de succès à leurs dépots. Les bordures de cratons (lieu privilégié pour la théorie abiotique, puisque remonter à travers un craton c’est pas facile) correspondent souvent aux vieilles marges passives et bassins sédimentaires (lieux de prédilection de la formation d’hydrocarbures).

Mais l’auteur a aussi habilement passé sous silence l’échec retentissant de cette théorie en Scandinavie, avec un forage à travers le craton, titanesque qui promettait de tout révolutionner... pas trace de pétrole, pas une goutte, et pas de gaz non plus.

Ah, autre chose. Le pétrole n’est pas stable à haute température et pression.

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès