• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


melanie 8 mai 2008 21:01

Je me demande si - hormis pour l’addiction aux jeux de guerre où la distanciation est à son comple -, la jouissance - l’homme n’est en aucun cas primairement masochiste- à l’extrême dans la souffrance imposée à l’autrui n’est pas tout simplement l’écho de celle qui enfant, faisait torturer le Héros du "Chateau de ma mère" les sauterelles vidées de l’intérieur par un flot de fourmis.

Toute la literrature enfantine, à commencer par la Comtesse de Ségur, regorge de ce type de scenettes, or, je suis -et pas la seule- persuadée que le psychisme humain adulte est la continuation dans ses pulsions les plus intime de cette fascination pour les extrêmes de la violence et de la souffrance.

Comment le cinéma commercial - dont n’est pas Haneke-, dans une société qui exelle à caresser les penchants - Mac Donald’s et sa bouffe grasse et sucrée- échaperait-il à cette tendance qui consiste à construire un scénario ,aussi par la demande supposée d’émotions fortes par le visionnage de scènes violentes ??

Et puis Haneke exelle à ce type de fouille intime perverse et psychanalytiquement et physiquement fouillée :" La Pianniste" avec Huppert et Girardot où Hupert se mutile l’entrejambe pour exhorciser une contrainte violent equi la taraude, est à ce titre un morceau d’anthologie, les scènes de violence sanguinolentes dans le film " Caché" avec Binoche et Auteuil, ne sont pas édulcorées non plus ...

Bref Hanneke poursuit sa petite psychanayse cinématographique et celui là n’est certainement pas le meilleur.

J’aime bien "Orange mécanique" très 70’s , comme Bary Lindon plus lourd et sociologique, comme 2001, comme full métal jacket...Chacun était un modéle en son temps...reste que le temps passe.

 

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès