• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


ronchonaire 23 mai 2008 15:08

Bon, passons sur l’insulte gratuite envers les économistes dès la première ligne pour aller à l’essentiel.

Primo, votre ami n’a rien compris et il devrait sérieusement songer à suivre une formation sinon je ne donne pas cher de son entreprise à terme. Secundo, même si vous semblez avoir un peu mieux compris que votre ami, votre article reste quand même truffé de raccourcis et d’approximations.

Les "économistes libéraux élevés en batterie", qui pour la plupart se sont fait chier (je me permets un peu de vulgarité et je pense que vous ne m’en voudrez pas vu votre article précédent) à faire 10 ans d’études pour en arriver là, vous expliqueront que la rémunération du travail dépend avant tout de sa productivité marginale. La question est donc dans le cas présent : comment évaluer la productivité marginale d’une secrétaire ? Là-dessus, la réponse que vous apportez dans votre article est en partie correcte : on peut mesurer sa productivité marginale par le supplément de production induit par le temps que la secrétaire libère pour que son patron puisse se consacrer à son vrai métier. En revanche, votre phrase "le salaire est aujourd’hui fixé de manière inversement proportionnelle à l’utilité économique de celui qui le perçoit" est archi-fausse ; c’est en fait tout le contraire et cela n’a d’ailleurs rien de scandaleux : à partir du moment où le patron génère plus de valeur ajoutée pour la firme que sa sécretaire, il est normal qu’il gagne plus d’argent qu’elle.

On peut aussi prendre le problème dans l’autre sens et votre ami devrait se poser la question suivante : étant donné que la "paperasse" est inévitable, et étant donné qu’une secrétaire qualifiée sera a priori plus efficace que lui pour s’en occuper, ne serait-ce pas plus rentable pour lui d’embaûcher une bonne secrétaire plutôt que de s’en occuper lui-même ? Dit autrement : combien d’argent perd-il à cause du temps qu’il passe à faire de la paperasse au lieu de faire son vrai métier ? Si cela dépasse le coût pour lui d’embaûcher une secrétaire, le choix est vite fait. On retombe sur la question de la productivité marginale du travail.

Il est donc totalement faux de prêter aux "économistes libéraux élevés en batterie" des arguments selon lesquelles les secrétaires ne créent pas de richesse pour l’entreprise et ne sont finalement qu’un fardeau. Les secrétaires ont un coût, certes (comme tout salarié d’ailleurs), mais elles permettent aussi de gagner en productivité, toute la question est de savoir si ces gains dépassent leur coût. Les "économistes libéraux élevés en batterie" appellent cela une "analyse coût-bénéfice" ; c’est plutôt pas mal, cela permet à de nombreuses entreprises d’éviter la faillite parce qu’elles sont gérées n’importe comment et, par incidence, cela évite à de très nombreux salariés de perdre leur boulot parce que leur patron n’a pas la moindre idée de ce que je viens de vous expliquer. Finalement, ils ne sont peut-être pas aussi inutiles que cela, ces "économistes libéraux élevés en batterie"...

 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès