• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


vin100 10 juin 2008 13:06

Gazprom qui appartenait autrefois au ministére de l’Industrie Russe (donc société d’étât) est depuis 2006 coté en bourse. Avoir 50% des actions + une action permet juste d’avoir le contrôle sur une société qui est devenue une société privée n’en déplaise à Monsieur Dugué.

Pour rappel à Mr Dugué avoir 50 % + une voix dans un conseil d’administration permet de peser dans les choix oui, mais ne permet en rien de décider contre l’avis des autres actionnaires qui à ce stade ont largement plus que le stricte nécessaire pour avoir la minorité de blocage.

Mikhael Khodorkovski patron lui aussi d’une entreprise pétrolière (privée elle aussi) Loukos en sait quelque chose car maitre de ses décisions comme le sont aujourd’hui aussi, les patron de Gazprom il paye aujourd’hui injustement dans des geoles sordides ou il va bientôt mourir le fait d’avoir pris des décisions indépendantes (mais contre l’avis de Poutine) pensant qu’il était à l’abri de son collègue du KGB. Erreur fatale certes, mais qui n’aurait pu être prise par un fonctionnaire si Gazprom était une entreprise d’étât comme Monsieur Dugué veut nous le faire croire.

La cotation actuelle sur le marché boursier (donc privé) de Gazprom est de 343 milliards de € (sources : AFP 10 Juin 2008) et elle devrait atteindre d’ici 7 ans + de 1 000 milliards de € ce qui en fera une ou la plus grosse entreprise capitalisée (donc privée) mondiale.

Sans l’apport des financements, des comptétences et des partenariats (privés) internationaux nul doute que ce groupe en serait encore quelques soient les richesses de ses sols au stade technologique et financier des kolkozes agricoles désertés qui pourtant eux aussi bénéficient naturellement encore aujourd’hui dans bien des régions russes de posséder les terres les plus fertiles de la planete. (pour mémoire en Ukraine le rendement des terres arrables sans intrants (apports) chimiques (engrais) est supérieur aux rendements exceptionnels que l’on arrive a atteindre péniblement en Bauce (Françe), royaume et phare de la culture intensive ( ce qui veut dire un max d’engrais pour faire exploser les compteurs du Kg produit a l’hectare). Et vive l’Industrie....


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès