• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Liberty 15 novembre 2008 16:20

Pierre,

Ne pensez-vous pas que nous naissons innocents que la violence engendre la violence ?

Qu’elle soit physique, morale, sociale ou télévisée, la violence subie reproduit les mêmes effets .
L’insécurité n’est pas celle que nous croyons, le peuple parle de sécurité de l’emploi, sociale, une foi en l’avenir.
Nos élites comprennent sécurité physique, la seule qui les concerne ....

A propos de violence en voici une tratine, celle que des millions se mangent à l’heure de matines :

De cartes de parti le pauvre n’a pas, avec cette somme il se paye un bon repas.

Ça sent le vécu, la réalité poisseuse qui fais mal, les petites gens auxquels les politiques ne serrent la main que lors des campagnes, les malheureux sont des emmerdeurs, le malheureux est chiant et a toujours un problème, le pauvre ne sourit pas d’ailleurs in n’a plus de dents c’est peut être pour ça .

Parler du RMI juste ne pas oublier les 3 mois de "carence" sans aucun revenu pour y avoir le droit.
Carence qui promet un sur-endettement inévitable. (un banquier n’attend jamais 3 mois, les huissiers charognards non plus)

Caissières du temps partiel subi, le salaire de la misère. Polyvalentes, flexibles et surexploitées. Caissières chez Lidl, n’ayant plus un gramme de sourire ni de patience, envoyant valser vos courses à la vitesse de l’éclair . (après tout, chacun sa merde)

Je propose un "stage de vie réelle aux politiques içi même .

Ça ne ferai pas de mal aux politiques de voir que la pauvreté isole, que les pauvres, les vrais, n’osent même pas accepter les cadeaux ou même une aide providentielle .
La seule chose qu’il leur reste porte un nom : "La dignité" (leur seul luxe réel)

Ajoutons à cela l’aide juridique où les avocats ne se foulent pas trop, même avec un dossier en béton armé, parce que le pauvre ça ne paye pas, ils ne voient pas pourquoi ils auraient le droit à la justice lambda .

"Ventre affamé n’a pas d’oreilles", après cela on se demande comment le pauvre tombe dans les extrêmes.
Il n’est plus de droite ni de gauche, tente de re-balancer à la société partie du mal qu’il a subi, un appel au secours maladroit, interprété comme "pétage de plomb" d’un pauvre type définitivement perdu .
Bien oui être pauvre c’est ne plus être un homme, c’est un statut, une icône sans âme, sans vécu ni sentiments.

Le seul politique qui exprime sa révolte est un petit facteur, les autres se la jouent trop acteurs.(dommage mais c’est comme ça, chez lui ce n’est pas l’Opéra)

Le pauvre, le précaire, d’avenir il n’a pas, il vit au" jour le jour", aux promesses de lendemain qui chantent il dit : " un tiens, vaut mieux que deux, tu l’auras" .

De promesses il se nourrit, "revenez me voir dans un mois", promesse d’augmentation, de stage et d’emploi . Est-ce que je ne me serai pas pendu dans un mois ?

Pendant ce temps se dents se font la malle, sa vue baisse mais ce sera pour plus tard, la CMU est refusée chez certains dentistes, les rendez-vous chez l’ophtalmo pour dans 6 mois, mais dans 6 mois où donc il sera ?
Oscillant entre pulsions vie et de trépas.

Il a une mutuelle, il paye, prévoit au cas où...
Ce que remboursent les mutuelles, tant pour les dents que pour les yeux, autant oublier et ne pas dormir le ventre creux .

"Voir des plus pauvres que sois ça rassure", alors il se tape les reportages de la télé.
Une fois éteinte, il ne fais que ressasser qu’il vit vraiment dans un monde d’enc.... !

Pleurer il ne peut plus, les sentiments il ne connait plus, rompu aux techniques de combat, de ce côté les réserves sont à plat .

Pour moi Pierre, la source des violences est là !

						 						


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès