• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Sébastien Ticavet 27 novembre 2008 23:47

Jean-Paul Doguet écrit :
"L’auteur se livre à l’amalgame lorsqu’il écrit "l’Europe de Bruxelles". Que la crise ait affaibli la Commission c’est une évidence. Elle a n’a eu aucune réactivité et s’accroche à des options économiques dépassées et improductives. Mais cela ne signifie pas que l’UE en tant que telle soit affaiblie, bien au contraire, et c’est là que les médias ont raison. L’auteur confond démagogiquement deux choses différentes, les options de l’actuelle commission ET les traités fondateurs. Rien n’interdit de penser que la prochaine commission aura une orientation et une composition différentes, un peu à la manière d’une changement de gouvernement au fond. "

==> Vous vous trompez Jean-Paul, la Commission n’est pas un gouvernement, elle est une instance technique chargée d’appliquer une politique très précisément définie par les Traités. Il n’y a pas de marge de manoeuvre, et pas d’orientation politique différente à l’instar des gouvernements nationaux.
La différence tient au fait que les Constitutions nationales ne prescrivent pas de politique économique et sociale alors que les Traités européens sont extrêmement précis, et définissent des politiques toutes d’orientation libérale et libre-échangistes.

Il est donc illusoire de dissocier "l’UE" et "la Commission". La Commission met en musique les politique des Traités constitutifs de l’UE.

Concernant votre dernier paragraphe enfin, vous évoquez l’Irlande et le Traité de Lisbonne. Je ne sais pas où vous avez lu que les Irlandais voteraient désormais OUI. Les sondages montrent au contraire une amplification du NON. D’ailleurs, je suis un peu étonné que vous ne soyiez pas choqué (pour ne pas dire scandalisé) par ces méthodes si peu démocratiques qui veulent qu’on fasse revoter un peuple quand on considère qu’il n’a pas bien voté la première fois...Quelle est donc cette démocratie dans laquelle il n’y aurait qu’un seul choix possible ? Pourquoi voter dans ces conditions et s’embarrasser encore d’organiser des élections ?
Sur le fond, relisez le Traité de Lisbonne, qui n’est rien d’autre que la Constitution européenne rebaptisée. Vous verrez que le rôle de la Commission n’en sort pas du tout amoindri. Au contraire, 20 nouvelles matières quittent l’unanimité au profit de la majorité qualifiée, ce qui accroît mécaniquement l’influence de la Commission.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès