• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Illel Kieser ’l Baz 3 décembre 2008 17:25

@parpaillot

Bonjour et merci pour ces précisions sur les mécanismes constitutionnels helvétiques.

Au temps pour moi en ce qui concerne la confusion entre code civil et code pénal.

Et si la phrase que vous reprenez est inexacte, il n’en demeure pas moins que la Suisse est bien le premier pays d’Europe à avoir permis à une initiative populaire de lancer un débat sur la problématique de la pédocriminalité et de la pornographie.

Ce ne sont ni des experts ni une commission gouvernementale qui se sont exprimés. C’est extrêmement important car, pour ne parler que de la France, les élus ne se privent pas de manipuler l’information pour expliquer leur refus de prendre le problème en considération, étouffant ainsi toute vélléité de changement.

Ce n’est pas, d’abord, la question de la punition qui importe mais la prise en compte par la société du problème et de la gravité de ses conséquences.
Cette initiative populaire découle, il faut le souligner, d’un long travail d’information de l’association "La marche blanche".
Il est important de le souligner car c’est un signal importan pour toutes les associations qui, en Europe, militent pour défendre les droits des rescapés.
Cela montre que les lenteurs des politiques peuvent un jour être battue en brêche.

Quant à l’application de ces dispositions, nous savons qu’en touchant à d’antiques inerties, cela ne se fera pas facilement. Les cultures sont lentes mais elles bougent.


Enfin, simple précision, je ne me "bats pas pour cette cause", je témoigne de mon quotidien et je suis frappé de ce déni de justice qui dure malgré les grands discours vertueux sur la démocratie. J’apporte donc ma compétence et mon expérience au service de ceux que cette injustice touche.
Je constate également que l’inertie, la surdité des élus reposent sur un vaste déni plus global, celui d’une banalisation de ce mal qui disparaît le temps d’une affaire sordide largement intrumentalisée, et qui reprend sa place, presque naïvement, presque candide. Comme s’il s’agissait d’un fait anodin.

J’ai déjà rencontré cette sorte de surdité dans les années 70 quand il était question du viol et des séquelles de l’avortement clandestin...
Notre bien pensance a des côtés sombres proches du sordide.
Si je me bats pour une cause c’est celle de l’équité. Je ne suis pas prêt de prendre ma retraite.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès