• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Miho 5 décembre 2008 00:00

@ Spartacus :

"Verra-t-on des personnes de 60 ans intenter un procès à des gens de 90 ans pour des faits commis il y a plus de 50 ans ? Quels seront alors les moyens de preuve ?"

Et quelles preuves ont les victimes lorsqu’elles portent plainte ne serait-ce qu’un mois après les faits ? à moins de blessures aussi graves que rares, elles n’en ont pas. Pourtant, les victimes adultes de viol disposent en France de dix ans pour porter plainte. Et de preuves matérielles, il n’en reste généralement aucune...

Pour avoir des preuves, il faut être capable de porter plainte immédiatement. Mais très peu de victimes le font.

Dans le cas des agresseurs incestueux, l’absence de prescription me paraît encore plus nécessaire. De nombreux parents laissent faire et ferment les yeux sur les abus subis par leurs enfants. Une fois adulte, c’est un long travail pour se détacher de parents ou d’une famille nocive. Je trouve positif que la plainte puisse en faire partie, quelle que soit la durée de ce travail pour s’éloigner de ceux qui ont laissé faire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès