• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


rigas rigas 8 mai 2009 14:54

Cet article qui épouse étroitement la position du gvt consiste à inventer la réalité plutôt que de regarder ce qui se passe.

Vous dites :

"D’abord, parce que sa direction est passée entre les mains des plus conservateurs : les « sauveurs » de l’Université. « 

De quoi parlez-vous exactement ? Le mouvement n’a pas changé de main. Presque partout les étudiants et les enseignants mobilisés ont toujours été les mêmes. C’est même, malheureusement, une des réalités de tout mouvement de mobilisation. C’est ainsi. Votre phrase ne repose sur aucune observation réelle. Par ailleurs particulièrement ce mouvement a été un mouvement décentralisé, sans direction générale.
 

 »Ensuite, parce que la démoralisation – déjà très palpable – sera proportionnelle à la surenchère. « 

Ceci est question d’appréciation : j’ai personnellement une impression différente : pas de surenchère mais par contre depuis une semaine une série d’attaques médiatiques ciblées de la part de Fillon et Pécresse. Le mouvement a été d’une sagesse exemplaire : vous ne faites que mentir en parlant de surenchère. Cest à force de résistance que le gvt a reculé au moins sur deux parmi quatre points de revendication.

 »Enfin et surtout, parce que, dans un souci irresponsable d’extension des actions, certains ont entraîné les étudiants en les privant de notes puis de cours. La rupture du « contrat de cours » utilisée comme instrument de lutte est bien plus qu’une erreur tactique monumentale : c’est le symptôme d’une pensée sociale malade.« 

De quoi parlez-vous ici ? C’est une tactique aussi de de la méthode Coué que vous employez ici. De quel contrat parlez-vous ? De quelles universités ? De quels endroits. Quelle pensée social ? Donnez des sources, des références. Ce sont des accusations sans aucun fondement et qu ine reposent sur aucune réalité.

La caractéristique de ce mouvement a été -je répète- systématiquement d’être un mouvement sur le terrain, pas une action organisée de manière centrale. De ce point de vue, c’est très différent de 2004, quand l’association »Sauvons la Recherche« est née. 

Parlons des »signes« que vous semblez savoir lire, comme les augures : »effondrement des coordinations,impuissance médiatique, diminution des blocages, débats axés sur la reprise des cours et les modalités de rattrapage. "

A aucun moment les enseignants en grève n’ont voulu pénaliser les étudiants. Vous voudriez que nous soyons maximalistes : nous avons été réalistes. Vous interprétez comme de la faiblesse ce qui a été toujours imaginé : à savoir, trouver une solution qui soit le moins difficile pour les étudiants. Ce ne fut pas le cas du gvt qui a l’air de vouloir jouer de la division sociale, de la même façon que votre article, en cessant les négociations.

Vous semblez voulez être un connaisseur : "Reste à se demander pourquoi un tel mouvement aura produit une telle faillite, détérioré encore un peu plus l’image de l’Université et aggravé le fossé qui la sépare de la population.« 

Tout d’abord, nous -chercheurs et enseignants - n’avons pas eu le sentiment d’avoir déçu »la population« ni d’en être détachés. Nous avons tenu à revendiquer un certains nombre de choses, quatre pour être précis :
- RETRAIT DU DECRET DES ENSEIGNANTS-CHERCHEUR
- ARRET DU DEMANTELEMENT DES ORGANISMES DE RECHERCHE
- ANNULATION DE LA MASTERISATION DES FORMATION D’ENSEIGNANTS
- UN PLAN PLURIANNUEL D’EMPLOI POUR L’UNIVERSITE ET LA RECHERCHE

Vous qui semblez parler avec bcp d’assurance, vous ne semblez absolument pas au courant de ces revendications : Vou spréférez parler en l’air. Vous osez parler de »perspectives clarifiées, de la confiance et de l’avenir." Et de plus vous prétendez que [la population], attend la fin de l’échec. Ces changements, la population ne les attend pas du gouvernement mais de l’Université elle-même.« 

Ne vous en déplaise, l’emploi dns les universités ce sont des postes budgétaires. Le gvt les a diminué. Il continue à le faire. Vous pouvez vivre dans un monde imaginaire où les universités font ce qu’elle veulent comme des PME, comem le veux aussi la loi LRU ; mais la réalité c’est un pays, une nation qui a besoin de la recherche, qui a besoin d’universités, pas d’une collection de petites PME produisant des étudiants au rabais, en concurrence et sans moyens suffisants pour financer des véritables emplois. 

Ensuite vous parlez de la division du mouvement : cela a été la stratégie du gvt de toujours parler de la division. D’ailleurs votre post semble tout droit issu du Ministère. Si vous n’avez pas envcore de job, je vous propose de vous présenter rue Descartes.

Vous dites en effet : »Soulignons que l’extension artificielle du mouvement à des secteurs étudiants fragiles a masqué la division du monde enseignant. Division entre titulaires et non titulaires, certainement. Mais aussi entre enseignants-chercheurs qui cherchent et enseignants-chercheurs qui ne cherchent pas. Ces derniers, particulièrement ciblés dans la dernière mouture de la réforme des statuts, sont, tout naturellement, en colère."

Précisement. L’absence de plan de recrutement pluri-annuel a propovque cette situation et la précarisation de l’emploi universitaire. Le nier est simplement de la propagande.

Vous voulez transformer l’université de fond en comble. Vous deviez commencer par la connaître minimalement.

Le mouvement ne vous en déplaise ne « s’essoufle » pas, mais la fatigue est là. Celle provoquée par l’absence de dialogue voulu par le gouvernement. Je ne joue pas sur les mots : il est évident que personne ne s’attendait à un tel jusqu’au-boutisme de la part du gvt qui semble vouloir jouer l’exemplarité. Sarkozy aura ainsi dans son tableau de chasse les universités et les garnds organismes publics de recherche après Gandrange. Belle réussite dans l’application des réformes.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès