• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Mmarvinbear mmarvin 17 avril 2009 13:52

Oh un altérococobobo... ça faisait longtemps... Je commençais à m’ennuyer...

Bon mon garçon ta réthorique est intéressante, bien construite mais si on y réfléchit elle ne tient pas debout.

C’est d’ailleurs un problème récurrent chez les gauchos. Ils savent bien parler, bien écrire, bien argumenter, mais quand on réfléchit deux secondes à ce qu’ils viennent de dire, on se rend compte qu’ils battissent leurs théories sur des principes faux. Il en découle des théories inapplicables qui provoquent des catastrophes lors de leur mise en oeuvre. Et comme en prime ils sont en général incapables de se remettre en question, ils accusent les autres de la faillite de leur système.

«  Le développement, le grand mot est lâché » : Développement est pour eux un gros mot. Comme argent, télévision. Ils ont une tendance à confondre le message et le messager. Le développement implique la production.Et donc forcément le productivisme, le capitalisme et tout plein d’autres concepts en -isme qu’ils n’aiment pas. C’est leur droit. Mais ont ils songé que dans un monde ou la population s’accroit toujours, un développement est nécessaire rien que par exemple pour PRODUIRE des denrées alimentaires ou même les acheminer ? Réduire ce secteur, c’est condamner à la famine les plus fragiles et les plus isolés.

Vous me direz, en quoi cela change du système actuel ?
C’est vrai. Mais le problème alimentaire actuel est basé d’une part sur un déséquilibre entre besoins et disponibilités. Il y a assez à manger pour tout le monde. Mais il y a le problème de l’accès à la nourriture. C’est un problème qui est facile à résoudre pour peu que l’on s’y mette.

Faire décroitre la production de nourriture ou sa distribution, c’est ORGANISER la famine...

« C’est-à-dire que la racine du mal, la croissance alliée à une surconsommation n’est pas remise en cause »  ; Justement c’est le contraire... La croissance durable implique la production de biens de consommations à durée de vie plus longue, donc à terme économe en matière première, en énergie. Du durable quoi, la fin ou en tout cas la limitation du jetable.

"Déjà l’exemple des agro-carburants en est la parfaite illustrations puisque les éthanols tels qu’ils sont produits n’ont rien à voir avec l’écologie«  : Remarque pertinente. Mais même les scientifiques se sont rendus comptes que les biocarburants étaient l’archétype même de la fausse bonne idée. Avec de la chance, on s’en débarrassera rapidement...

 » Il est évident que la solution passe par une diminution du parc automobile donc moins de production de bagnole, et contrairement à ce que l’on peut croire cela est réalisable en déplaçant l’emploi, qui est une question récurrente, vers d’autres activités en généralisant et augmentant le nombre, la diversité de celles de proximités, par exemple.«  : Diminuer le parc automobile à population constante ou croissante, c’est imposer à une partie de la population le fait de ne plus lui permettre l’accès à la voiture. Quels seront les critères de refus ?
La vie en milieu urbain ? Et si cette personne veut se rendre à un endroit dépourvu de transports en commun, par exemple un bled perdu pour aller voir ses grands-parents ?

L’argent disponible ? Une autre façon de discriminer les plus pauvres ?

Pour ce qui est de l’emploi, je suis bien d’accord que développer les services est une nécessité, mais un soudeur ne fera pas forcément un bon aide-ménagère pour personnes agées seules...

 »Mais, il ne faut pas ce leurrer ce genre de consommation souvent plus cher n’est le fait que d’une minorité et surtout, surtout, ne pourra être efficace que si celui qui est dans le lieu de production se contente de produire qu’à l’échelon local allant à contrario d’une production industrielle et exponentielle«  : Un agriculteur produit ce qu’il peut. Il produit autant de fruit et de légume que cela lui est possible car cela lui permet de dégager plus de bénéfice (donc de vivre mieux en ne faisant pas appel à des subventions), mais aussi une forte production permet de nourrir un plus grand nombre de personnes et aussi de tenir compte des pertes inévitables dues aux insectes et aux maladies. Brider la production dès le départ, c’est prendre le risque d’avoir des pertes importantes, donc d’organiser à terme une famine. Merci Lénine...

 »ainsi que le pensent les adeptes de la bagnole électrique, pour ne citer qu’eux. On en revient toujours au même, il faudra produire de l’électricité pour ces « foutus véhicules », mais comment ?«  : L’avantage de l’électricité, est qu’elle limite grandement les émissions de CO2. A condition que cette électricité soit produite soit par le nucléaire, soit par les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydroélectricité).

 »La décroissance soutenable est l’une des solutions, mais cela n’est possible qu’en se débarrassant du capitalisme !" : Le soucis est l’accroissement de la population humaine. Pour que le raisonnement soit complet et tienne debout, il faut aussi faire décroitre le nombre d’humain avec un rythme élevé pour être compatible avec la décroissance économique.

Je n’ai aucune idée du rythme à soutenir, mais j’ai comme dans l’idée que la stérilisation d’une partie de la population ne suffirait pas. D’ailleurs, sur quel critère intervenir ? Le volontariat ? L’age ? Les revenus ? La beauté plastique ou les tares génétiques prouvées ? C’est tonton Adolf qui serait content de voir ça...

On peut aussi intervenir sur ce critère de façon plus drastique et rapide. On a alors le choix entre quelques conflits nucléaires localisés (Inde-Pakistan, Iran-Israel, Corée du Nord-Japon-USA), mais gare aux retombées... Ou alors pour rester dans le Bio une bonne pandémie de Peste bubonique planétaire. Trente pour cent de mortalité en moyenne sur une population globale. On revient en un an à 4 milliards d’habitants. Rapide, faisable, écolo, mais on ne peux pas choisir les survivants, ce qui fait qu’une famille de trois personnes n’a qu’une chance sur 9 de rester intacte.

Mais on n’a rien sans rien...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès