• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Senatus populusque (Courouve) Courouve 10 juin 2009 15:49

Quelques étapes de cette baisse du niveau moyen des classes ont été le prolongement de la scolarité obligatoire à 16 ans (institué en 1959, effectif à partir de 1967), la suppression des classes de primaire dans les lycées et de l’examen d’entrée en sixième, la suppression de la première partie du bac (1966), l’instauration du contrôle continu dans le secondaire et à l’Université, la suppression de l’enseignement du latin en sixième et cinquième dans les sections classiques (remplacé par une initiation, ce qui n’est pas la même chose), la généralisation des collèges (C.E.S.) avec des professeurs parfois tout juste bacheliers (P.E.G.C.), la prolifération des enseignements optionnels, la suppression des secondes différenciées (1983) et le report en classe de première de l’étude de l’équation numérique du second degré (et encore, pas dans toutes les classes de première ; les séries littéraires et technologiques AAC ne la font pas.)
 
La mission des professeurs devient, comme en régime totalitaire, politique : s’assurer que tous les élèves possèdent les compétences de base de la culture commune.

On ne profite d’un enseignement qu’à la mesure des connaissances antérieures (les bases) ; il est évident que chaque classe devrait posséder les bases permettant de recevoir les notions au programme (autre formulation de l’exigence d’homogénéité)

http://laconnaissanceouverteetsesdetracteurs.blogspot.com


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès