• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


L'enfoiré L’enfoiré 24 juin 2009 13:25

@L’auteur,
Dans un de mes articles récents, j’avais fait de la cosmologie passé inaperçu. Est-ce que cela n’apporte pas de l’eau à votre moulin ?
Voici, le texte :

Hubert Reeves disait « Nous faisons partie de l’histoire du cosmos. Les atomes dont nous sommes formés ont été forgés dans les étoiles ». Aux dernières nouvelles, même le Big Bang ne serait plus qu’un Big Bounce, un rebond avec un avant et un après. L’Univers en vibrations, dans une étude euristique de la relation entre les étoiles et les êtres vivants ?

La Relativité Générale et la physique quantique vont me donner une approche originale à ce « désordre mondial ». A la base le livre de Stephen W. Hawking, «  Petite histoire de l’Univers ». Il y tentait d’expliquer le Big Bang avec notre Univers, en expansion, sans frontières, en transitant par les trous noirs. En détournant ces théories vers la physiologie des hommes avec des phrases choisies, les analogies sont troublantes.

« La 2ème loi de thermodynamique dit que « l’entropie d’un système isolé, son désordre, ne diminue jamais avec le temps. De plus, quand 2 systèmes sont réunis, l’entropie du système obtenu est plus grande que la somme des entropies des 2 systèmes originels. Cette loi est statique. C’est-à-dire qu’elle ne se vérifie pas toujours mais dans la majorité des cas. ». La mécanique quantique, elle, se base sur le principe d’incertitude. Aucune théorie unifiée, globale et cohérente à l’horizon des découvertes. Seule une estimation partielle est de rigueur. Dans la théorie des cordes, les éléments de base ne sont plus que des particules qui occupent un point unique de l’espace-temps. Celles-ci ont seulement une longueur pour décrire une interaction forte et élastique comme dans une toile d’araignée. Le principe anthropique dit que les dimensions spatiales ne semblent pas suffisantes pour le développement d’entités aussi complexes que les êtres vivants sinon ils devraient monter les uns sur les autres pour se dépasser. Les événements ne peuvent être prédits au delà d’un certain point et se produisent de façon aléatoire et arbitraire. En fait, la condition »sans frontière« implique que le désordre continuerait à augmenter même pendant une phase de contraction ultérieure. Les flèches thermodynamiques et psychologiques ne s’inverseraient pas lorsque l’Univers l’homme commencerait à se contracter même à l’intérieur des trous noirs. Toutes les trajectoires possibles sont finies en expansion, mais n’ont ni frontières, ni bords, ni singularités. »

D’après Stephen W. Hawking, le problème reste seulement d’appréhender la totalité de la connaissance humaine vu le rythme des progrès de la science à rendre la chose possible pour être compréhensible par tous. Il y a 70 ans, Eddington disait que 2 personnes seulement comprenaient la théorie de la Relativité Générale. Je suis sûr, avec cette vue « analogique », qu’il y a vous, en plus, maintenant. De infiniment grand, l’Univers, à infiniment petit, l’homme, tout prend un tout autre éclairage.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès