• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


floyd floyd 13 juillet 2009 23:07

@Fergus :

L’homme moderne a connu dans son histoire des changements climatiques bien plus importants :

Chapitre 5 - Les températures du passé
« Homo sapiens a donc subi à deux reprises des écarts de la température moyenne d’une amplitude supérieure à 10 C. Certains penseront que ce constat n’est qu’une caricature et qu’Homo sapiens n’a en réalité connu de telles variations de température qu’au long de nombreuses générations successives. Ils auraient tort. L’enregistrement GRIP (Greenland Ice Core Project) réalisé au sommet de la calotte groenlandaise confirme ces évolutions très rapides. C’est ainsi que la transition entre le Dryas récent (il y a environ 12 000 ans), période de froid intense s’étendant sur plus de mille ans, et le climat actuel s’est traduite par un réchauffement de 7 C en 50 ans. La dernière période glaciaire a, d’autre part, été marqué par des événement rapides dits de Dansgaard-Oescher (21 en 60 000 ans), découverts il y a une dizaine d’années dans le forage de Dye 3 (Groenland Sud). Ils se traduisent par un réchauffement important (de l’ordre de 5 à 10 C), qui survient en quelques décennies. Réchauffement suivi d’un refroidissement progressif en 1000 à 2000 ans. Cette pseudo périodicité de 1000 à 2000 ans semble d’ailleurs se poursuivre jusqu’ala période actuelle. L’existence et les caractéristiques de ces événements révélés par le forage Dye 3 sont confirmés par les enregistrements du forage GRIP (Sommet de la calotte groenlandaise), prouvant ainsi qu’ils ne représentent pas des phénonèmes locaux mais constituent bien des évènements communs à tout l’inlandsis groenlandais. Une vingtaine d’interstades de ce type, d’une durée comprise en 500 et 200 ans, ont été répertoriés durant l’épisode froid. La structure de ces interstades se compare à celle d’évènements rapides, récemment mis en évidence dans des sédiments marins de l’Atlantique Nord. Ces derniers sont associés à une série de dépôts au fond des mars, au large de la Norvège, dits de Heinrinch, dont la présence est attribué à la décharge massive d’icebergs provenant des grandes calottes de l’hémisphère Nord. Ces événements de Heinrich, dont la périodicité semble être de 5 à 10 0000 ans, sont liés à des périodes plus froides de 3 à 6 C qui auraient duré de 1500 à 2000 années.
Au cours du dernier interglaciaire (Eémien), homo à connu un climat légérement plus chaud en moyenne que le climat actuel, mais qui présente une variabilité de l’enregistrement isotopique tout à fait inanttendure. Durant cette période Homo subit des épisodes chauds (jusqu’a 4 C de plus que le climate d’aujourd’hui, avec un niveau des mers pouvant être supérieur de 6 mètres à l’actuel), interrompus par des excursions froides des conditions intermédiaires entre le climat actuel et une époque glaciaire. Ces transitions sont très rapides (quelques dizaines d’années) et suivant le cas, les conditions froides (changement de températures associés de l’ordre de plus degrés centigrades) persistent entre 70 ans et 5000 ans.
Ainsi jusqu’au début de l’interglaciaire durant lequel nous vivons actuellement, Homo sapiens à vu se succéder de très nombreux »changements abrupts« du climat, comportant une variation de plus degrés centigrades en quelques dizaines d’années. »

Extrait du livre de André Legendre, ’Lhomme est-il responsable du réchauffement climatique ?’ :

De plus, il est prouvé qu’au moyen-âge, il y a environ mille ans, il faisait plus chaud que maintenant. Des centaines d’études sur tous les continents le montrent :
Sur ce site, vous pourrez voir des études, réalisés par de nombreuses institutions, qui montrent qui montrent que les températures actuelles n’ont rien d’exceptionnels. Ces études ont été réalisées partout dans le monde.

Enfin, pour terminer, depuis dix ans, les satellites nous montrent que les températures stagnent, et que depuis 2007, elles seraient à la baisse. 

Evidemment le GIEC, dont la fonction est de prouver que l’homme est responsable du réchauffement climatique, ignore ces résultats. Cela n’a rien d’étonnant, puisque sa fonction est avant tout politique et pas scientifique. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès