• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


goalexandre goalexandre 25 juillet 2009 00:58

ce qui est bizarre c’est que tracfin dirigé recemment par un umpiste se lance sur socialiste
proche de segolene royal futur presidentiable

sarkozy le débaucheur a essayé de le débaucher

 cela ressemble beaucoup a une machination dont le monarque trop longtemps dans les spheres de l’etat sait bien user

les sarkozystes pro riches sont mine de rien entrain d’affaiblir leurs principal adversaire politiques et pour cela tout leurs est bons 

moi j’ai écouté ce jour dray sur arret sur images et je le crois moi ce pouvoir umpiste revanchard a été trop loin et ne veut pas perdr la face il n’ya rien dans ce dossier

en tout cas a droite les remunerations et richesses sont encore plus enormes qu’attendez vous journalistes pour vous informer sur les cumuls de coppe et autrew umpistes aux richesses sans aucune mesure avec j dray

 

L’argent ne fait pas le bonheur, même en politique. Regardez Jean-François Copé  : maire, président de communauté d’agglomération, député et avocat, il ne rêve que de devenir président de la République, alors que ce job lui rapporterait près de 5800€ de moins ! Car en cumulant les emplois, le président du groupe UMP cumule aussi les revenus.


La « manne juridique » : un passion de Copé... et de Sarkozy !

Mais n’allez pas vous méprendre : en additionnant les indemnités de ses trois mandats, Copé plafonne à 9730. Minable ! Moins qu’un secrétaire d’Etat, comme le remarque justement Politique.net. Ce ne sont pas les fonctions électives qui garantissent au président du groupe UMP son niveau de vie mais son job d’avocat d’affaire.

Selon une enquête parue dans Capital en mai 2009, Copé ramasserait 200000€ par an pour faire de la médiation juridique à temps partiel entre sociétés françaises et pays étrangers, soit 16600€ par mois ! De quoi humilier Nathalie Kosciusko-Morizet, une autre grosse cumularde pourtant bien haut dans la grille des indemnités, avec ses 19807 euros mensuels d’argent public. Et mieux même que les 20859 bruts du locataire de l’Elysée .

Mais la martingale judiciaire n’est pas étrangère au chef de l’Etat : détenteur d’un tiers des actions du cabinet Arnaud Claude et associés, Nicolas Sarkozy les aurait mis en location, accumulant de mois en mois le « loyer » de ses parts. La cagnotte représentait, selon les informations de notre journaliste Emmanuel Lévy, 600000€ en 2007 (contre 400000 fin 2006) et pourrait atteindre 1,6 millions à la fin du mandat, dont un tiers reviendrait à l’ex-Président. Alors, peut-être les rôles s’inverseront et Sarkozy touchera le salaire de Copé pendant que lui occupera sa fonction.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès