• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


arturh 2 août 2009 10:19

La Commission, et les nombreuses autres enquêtes indépendantes qui ont éclairé comment une bande de pied nickelés venus de divers points du monde pour accomplir cet attentat a été largment faite.

Ces enquêtes ont largement montré que si ces pieds nickelés ont réussi, c’est qu’ils avaient en face d’eux une bande de pieds nickelés, en particulier à la CIA, au FBI et au gouvernement, incapables de comprendre que des gens puissent penser à faire un tel attentat, et pire, plus occupés à se tirer dans les pattes, surtout parce que l’attentat s’est produit pendant une période d’alternance telle qu’on la connait aujourd’hui, mais à l’envers. Alors qu’on est en train de passer d’une administration Républicaine à une administration Démocrate, on passait à l’époque d’une administration Démocrate à une administration Républicaine.

Or, aux USA, contrairement à l’Europe, ce ne sont pas les fonctionnaires mais les hommes et femmes politiques élus qui ont le pouvoir. Quand une administration change, énormément de fonctionnaires, surtout dans les directions, changent. On ne pouvait évidemment pas compter sur l’administration Républicaine de Bush de réouvrir le dossier, parce que tout ce qu’on y aurait trouvé, c’est que la nouvelle administration Bush n’a pas voulu tenir compte de l’ancienne administration Clinton qui leur ont laissé les clefs du gouvernement en les avertissants que quelque chose se préparait. Tout ça est parfaitement connu.

Et maintenant qu’une nouvelle administration Démocrate vient de s’installer, avec la crise, ils ont d’autres chats à fouetter que de répondre à une poignée d’illuminés. Parce qu’au delà du fait que vous êtes une bande d’illuminés, vous êtes surtout une petite poignée d’illuminés, qui ne représente en réalité rien d’autre qu’une pathologie qui relève plus de la médecine que de la politique.

Ce qui nous amène au dernier argument : pourquoi ne pas rouvrir l’enquête : C’est très simple : les enquêtes ont déjà montré que ce sont des fautes professionnelles des fonctionnaires et hommes et femmes politiques qui ont conduit à cette incapacité à identifier le projet des attentats avant qu’ils puissent être mis en oeuvre.

Alors ont sait d’avance à quoi conduirait une nouvelle enquête. Au pire, ça le confirmerait. Au mieux, ça apporterait encore plus de détails sur les erreurs commises par les uns et les autres.

Or, de ce côté là, les fonctionnaires et hommes et femmes politiques américains sont tout à fait semblables aux européens : « responsable mais pas coupable ». Personne, au USA, ne tient à rouvrir la boite de Pandore qui ne prouverait qu’une chose : oui, les attentats auraient dûs être arrêtés à temps. Oui, les signaux étaient là, et les pouvoirs publics ont été incapables de les analyser correctement parce qu’ils étaient occupés à leurs petites guéguerre internes.

Un exemple parmi d’autres : un téléfilm diffusé sur NBC vers 2003 (de mémoire", en trois ou quatre épisodes, racontait dans les détails comment ben laden et sa bande avaient organisés les attentats. Le film racontait aussi en détail les erreurs du gouvernement. Normal, aux USA, qui est un Démocratie, peut-être, au fond, la seule au monde, les médias sont entièrement libres. Ils ne sont pas contrôlés par le gouvernement. Le film racontait un détail nouveau. Que Ben Laden avait été identifié bien avant comme un type extrêmement dangereux pour les USA. Que les services secrets, avaient été, avec l’aide de Massoud, à deux doigts de l’éliminer. Mais qu’ils ne l’ont pas fait pour deux raisons : ils avaient besoin, comme aujourd’hui, de l’appui du Pakistan. Et surtout ils avaient peur qu’en dénonçant l’activité terroriste de Ben Laden, ça apparaissent comme une mesure de diversion pour Clinton en plein scandale Monica Lewinski.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès