• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


sisyphe sisyphe 18 août 2009 17:44

Le projet de réforme de l’assurance-santé, cher à la Maison-Blanche, provoque une avalanche de critiques. Trop vives pour être honnêtes.

De notre correspondant

Ils montent à la tribune la peur au ventre, flanqués de gardes du corps nerveux : les élus du Congrès américain, qui espéraient profiter calmement des ­vacances parlementaires du mois d’août pour promouvoir dans leurs circonscriptions le plan de réforme de l’assurance-santé de Barack Obama, essuient des huées et des insultes. Mais aussi, de plus en plus souvent, des menaces de mort de la part de citoyens qui se disent en guerre contre la « dérive communiste » et le "viol du contribuable". Par endroits, on a vu émerger, au-dessus de la foule, pendue à une ­potence de carton, l’effigie du « politicien traître ».

La violence et l’organisation parfaite de ces débordements font douter de la spontanéité du mouvement. Afin de perturber les réunions, les protestataires ­ultraconservateurs ont parfois reçu le renfort d’agitateurs rétribués par des ­associations militantes au financement opaque, comme FreedomWorks. Et le Parti républicain, minoritaire au Congrès, ainsi que les puissants lobbys des ­assurances et de l’industrie pharmaceutique tardent à désavouer ces "soulèvements populaires" qui ­servent leur cause.

Relayées par les télévisions et par Internet, ces scènes de chaos attisent la polémique autour du projet d’assurance publique, cher à la Maison-Blanche. De nombreux électeurs s’inquiètent du prétendu virage à gauche de ­Barack Obama, que certains sondages créditent d’un taux de popularité réduit à quelque 50%. "L’absence d’un mouvement populaire en faveur de la réforme et la passivité de ses promoteurs donnent des ailes à l’opposition", regrette Marshall Ganz, politologue à la Kennedy School de Harvard.

Huit Américains sur dix disposent de leur propre assurance-santé, et sont peu sensibles au drame des 46 millions de leurs concitoyens contraints, faute de couverture, d’aller se faire soigner dans les services d’urgence des hôpitaux. Quant aux élus, ils détestent la controverse. Brad Miller, représentant démocrate de Caroline du Nord, a reçu des menaces sur le répondeur de sa permanence, et annoncé qu’il annulait sa campagne locale pour une « Sécu » américaine...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès