• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


PBi (---.---.118.225) 2 février 2006 16:25

A Stéphane et à Alex, Je n’ai pas dit qu’il y avait « manipulation » de la valorisation des entreprises industrielles européennes. Deux facteurs en revanche font qu’elles sont souvent sous-valorisées par le marché : d’une part les « lignes » industrielles européennes sont marginales pour les principaux fonds d’investissement anglosaxons qui naturellement et légitimement privilégient les valeurs qui leur sont les plus proches et que leurs analystes connaissent le mieux ; d’autre part il n’existe pas ou très peu de fonds d’investissement en Europe continentale et notamment en France, susceptibles d’adopter une attitude symétrique de nature à compenser cet état de fait. Par ailleurs je ne crois pas que la cotation à New York puisse changer cette situation. Beaucoup d’entreprises européennes qui étaient cotées à New York s’en retirent progressivement, tant les sujétions pratiques et les coûts qu’impose cette cotation l’emportent sur ses avantages supposés, c’est-à-dire un intérêt plus affirmé des investisseurs américains. Enfin je crois que plus que jamais une politique industrielle européenne est nécessaire. Mais entendons-nous bien « politique industrielle » ne veut pas dire dans mon esprit « mécano industriel », mais plutôt ce que Walter Eucken appelait la politique du « cadre », rappelée récemment à Davos par Angela Merckel, c’est-à-dire des règlementations adéquates pour assurer une concurrence ordonnée, un encouragement massif à la recherche et à l’innovation, un soutien raisonné aux exportations pour que nos entreprises puissent lutter à armes égales sur les marchés mondiaux et une fluidité suffisante du marché du travail.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès