• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


lechoux 28 décembre 2009 16:38

« —> Pas du tout encore une fois c’est une définition. : »La monnaie est une quantification mathématiquement contrôlée des échanges de bien« . La monnaie mesure les »Echanges« de biens, pas les biens eux mêmes. De la même façon la vitesse n’est pas la distance (d’ailleurs la notion de vitesse a mis du temps à s’imposer, le blocage existe cf le paradoxe de Zénon). »
C’est du dogmatisme pur et dur. Vous mettez la monnaie au centre de l’échange, c’est à dire qui est génératrice de l’échange, ce qui est faux. Dire que la monnaie ne mesure pas les biens est un aveux qui contredit votre théorie, juste ci-dessous :

« Si vous n’en voulez pas rien ne vous oblige à vendre vos biens dans cette monnaie, »
... par ailleurs rien ne vous empêche d’acheter un bien intermédiaire si ne savez pas quoi faire de votre monnaie dans les 15 ans qui viennent.« 
 »Un étalon qui est la quantité de monnaie, injectée dans l’économie permet de donner un prix aux richesses."

« -> C’est le cas, pas »à certains moments« c’est le cas TOUT LE TEMPS. Il n’y a pas un »feed back« il y a une résonance, on ne mesure rien d’autre que ce qu’on a injecté dans le passé. »
Il y a résonance lorsque l’action est pro-cyclique uniquement et l’effet induit n’est pas toujours l’effet souhaité ; c’est pour cela qu’il est irréaliste de parler de résonance, vous supposez que vos économistes maitrisent leur sujet, ce dont je doute fort s’ils sont iso-dogmatiques comme vous.

« Vous n’avez pas le droit épistémologique de mesurer un étalon par ce même étalon. »
C’est juste. Et en métrologie votre outils de mesure doit être 10 fois plus précis que l’objet mesuré.

« Un étalon qui est la quantité de monnaie, injectée dans l’économie permet de donner un prix aux richesses. J’augmente cette monnaie les prix montent globalement, je baisse ça chute. C’est tout. Pure résonance, mesure de rien du tout. »
Vous vous contredisez :« parce que la Richesse étant estimée en mesure monétaire, si on décide d’augmenter la masse monétaire cela a un effet sur la mesure de la richesse. »
Et de plus, concernant la hausse des prix, elle n’est pas globale et systématique, c’est une théorie. Les richesses ne sont pas stable dans le temps, comment voulez-vous que la masse monétaire puisse suivre à la lettre ses évolutions : variation de masse de travail, de population, changement de comportements (modes, thésaurisation plutôt qu’achat), incitations gouvernementales.

« Il n’y a rien à mesurer car chaque homme a de la richesse une approche incompatible. La richesse est une notion purement individuelle. Quand il y a consensus d’un ensemble d’hommes sur une richesse ça reste un consensus local et relatif, et ça ne dure qu’un temps totalement imprévisible. »
Vous contredisez ici votre approche globale et générique de la monnaie. Vous avez raison sur le fait qu’il peut exister un consensus de valorisation de richesse, c’est le cas des valeurs boursières.

« Pas du tout c’est vous (et tout le système actuel) qui résonnez à l’envers. C’est bien le flux de monnaie dans l’économie qui va se faire développer l’investissement, les échanges. Flux forts investissements et échanges forts, flux nuls stagflation, »
Partiellement c’est vrai, si vous parlez de l’émission de prêts. Le prêt accordé génère une activité créatrice de travail, bien ou service. L’emprunteur fait un pari sur l’avenir et rembourse sur un temps déterminé la monnaie créée à l’instant t. Mais cela ne représente pas la totalité des échanges de biens.

« flux négatifs chute, crise. Quantité de monnaie nulle = pas d’économie. »
Là, je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Flux négatifs ? Quantité de monnaie nulle ?

« Il n’y a pas de contre-argument possible à une expérience, un fait. »
Sauf s’il y a application à la totalité de l’objet analysé les résultats d’une expérience effectuée dans un milieu non représentatif ; ce n’est pas à moi à apprendre cela à un scientifique. Beaucoup d’imposteurs célèbres connaissent ce raccourci.

« D’ailleurs les crises économiques cycliques plaident toutes contre des visions de la monnaie toutes erronnées. »
Dont la votre ??

« -> Simplement parce que l’ensemble des individus qui constituent la Chine ont décidé de commencer à échanger avec l’extérieur. Depuis cette décision le »PIB« monte, c’est l’évidence même. »
Depuis qu’ils exportent le fruit de leur travail uniquement. c’est une règle que Colbert appliquait. Approximativement « Si nous développons la qualité de nos produits et que nous allons les vendre à nos voisins, notre royaume s’enrichira des richesses que nous rapporterons ».

« A partir du moment où l’on mesure la gravitation il y a une gravitation mesurée, tant qu’on ne la mesure pas il n’y a pas de mesure disponible. Ca n’a aucun sens. »
Vous travaillez sur quoi exactement, dans le cas où j’envisage d’acheter un produit sur lequel vous travaillez ?

« Evidemment si dans le Larzac des individus ont créé une richesse inouïe qui reste échangée localement, elle ne sera pas comptée dans le PIB. »
Faux. Le PIB est la valeur ajoutée. Croyez-vous qu’il n’y a pas de TVA dans le Larzac ? 

« Elle ne pourra être comptabilisée qu’à partir du moment où elle sera vendue à l’extérieur contre un autre bien valorisé dans la monnaie officielle, donc par injection de monnaie localement... CQFD. »
Egalement faux puisqu’induit par le précédant énoncé. De mémoire, la valeur exportée par la France représente 15 % de son PIB.
Vous faite l’erreur précedante. Vous isolez une zone dans laquelle vous faites une expérience et ensuite vous généralisez à l’ensemble du territoire.
Votre expérience aurait dû être : si nous imaginons qu’il y ait une monnaie locale dans le Larzac, parce qu’il y a une richesse importante et que les locaux n’ont pas envie de partager cette richesse. Lorsque le Larzac exporte ses biens, il s’enrichit de la monnaie de la zone d’export, ce qui lui permet d’acheter des biens de cette zone ou de thésauriser cette monnaie étrangère.

Vous en comprenez les conséquences : Un bien exporté entraine l’import d’un autre bien de même valeur acheté par la monnaie reçue en échange de ce bien ou l’épargne de cette monnaie étrangère.
Et vous comprenez l’importance de posséder une monnaie étrangère, qui ne perde pas de valeur vis à vis de la sienne, qui permet d’acheter des biens que l’on ne possède pas sur son territoire.

« La richesse n’a jamais attendu d’être achetée pour exister, complètement idiot comme approche. »
Vous voulez dire que l’humanité ne possédait aucune richesse avant la création de la monnaie ?

« Quand je »je« investis, je veux dire : injection de monnaie locale, individuellement répartie, d’un équivalent de 20 Milliards de $, sur 5 ans, progressivement. Vous m’expliquerez comment dans ce cas vous pouvez envisager de »reprendre« quoi que ce soit, puisque personne n’a jamais rien apporté... On a fait qu’augmenter la masse monétaire, le reste ce sont les hommes qui le font, »
Donnez l’adresse de ces gens à notre gouvernement, ils en ont grandement besoin actuellement. Et croyez-vous que les prêts du FMI tendent à n’être jamais remboursés ?
Et croyez-vous que la population va travailler si vous leur donner de l’argent ? Vous en faitez des assistés.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès