• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Internaute Internaute 30 janvier 2010 09:19

Ces mariages sont le résultat de la propagande officielle pour le métissage obligatoire. A force de présenter partout le métissage comme si c’était quelque chose de normal (cf la récente propagande sur les adoptions d’haïtiens), à force de mélanger physiquement les populations par une mixité sociale de plus en plus obligatoire, on a un taux croissant de filles qui se laissent aller en toute bonne conscience. Ces mariages entre une française et un africain ne durent pas dix ans et la française se retrouve souvent seule avec les gamins, ce que les députés utilisent pour nous vanter le modèle de la femme moderne et active, du foyer recomposé. Beurk !

L’Etat s’est immiscé depuis bien trop longtemps dans la vie privée des gens. Sous couvert de liberté et d’égalité ils ont cassé l’institution du mariage en donnant les mêmes droits à quelques détails prés aux concubins et aux pacsés. Il faut savoir, quand on parle de mariages blancs, que beaucoup de Pacs sont le fait des fonctionnaires de l’Education Nationale qui évitent ainsi la mobilité de l’emploi. Ils ne vivent pas ensemble mais le font croire, ce qui leur permet d’éviter les nominations dans d’autres villes lorsqu’ils n’en n"ont pas envie.

La finalité de la reconnaissance civile du mariage était de préserver la stucture familiale comme pilier de la société. L’effet le plus pervers de tous ces coups de boutoirs contre la famille est son éclatement prématuré. Combinées avec les lois sur l’égalité des sexes, les lois stupides sur le nom de famille qui vise à l’affaiblir encore plus, on est arrivé à une féminisation de la société. Le chef de famille (mâle) n’existe plus dans la génération moderne. L’homme n’est plus qu’un géniteur temporaire le temps des chaleurs de madame. Le flambeau est tenu par des PDG comme Anne Lauvergeon qui disent ne plus vouloir de mâles blancs dans son affaire.

D’une société hiérarchisée nous sommes devenu en une génération un troupeau de chèvres où les femmes appartiennent le temps du coït au mâle dominant le plus proche lorsqu’elles baissent leur culotte.

Les enfant sont élevés avec une absence totale d’autorité et la plupart ne respecteront plus personne. Pourquoi voulez-vous qu’on respecte un prof quand chez soi la hiérarchie est interdite par la loi et que ni le père ni la mère n’arrivent à se faire entendre pour cause d’égalité des droits ?

J’ai même entendu une maire se plaindre à l’assistance lors d’un mariage qu’elle devait remettre le Livret de Famille au « Chef de famille ». Quel gros mot dans sa bouche !!! Autant supprimer la Mairie, elle ne sert plus à rien.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès