• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Matif 18 février 2010 15:37
> Vous m’avez mal lu (pourtant j’ai insisté), je ne parle pas de système opérationnel en l’état
> actuel des choses mais d’une voie de recherche qui serait peut-être la seule possibilité de
> viabilité d’un système de vote électronique.

l ne s’agit pas d’un problème technique mais d’une question éthique.

Vous êtes dans uen logique de collaboration. C’est un peu peu comme si vous me disiez être contre la peine tout en recherchant la meilleure manière de l’infliger...

> Et qu’on pourrait appliquer à des consultations moins critiques que des élections

Il n’y a pas de petites élections (des gens peuvent s’entretuer pour des raisons qui vous paraitraient futiles).
Test crucial : Si les consultations ne sont pas critiques, il n’y a qu’à pratiquer le vote non anonyme. Si cette option n’est pas acceptable... c’est que le vote est critique.

> en effet il n’y a aucune raison de se passer de la fiabilité d’un vote papier et d’un comptage
> manuel, même si elle n’est pas totale non plus. Vous avez quand même constaté j’espère
> que j’étais en défaveur du vote électronique ? 

Voir première remarque.
> les scientifiques étudient ce problème depuis des années, il y a beaucoup d’articles
> disponibles sur internet sur ce sujet

> Ah bon, vous avez fait un état de l’art ? Pouvez-vous publier les références d’articles évaluant
> la solution précise que je propose ? Si j’ai écrit cet article c’est justement qu’il y a peu de
> matière. Dans quelques travaux scientifiques de synthèse disponibles sur le net
> tels Ethique et vote électronique, ou Analyse des vulnérabilités de trois modes de vote à distance, l’approche précise que je propose (duplication des traitements) n’est pas évoquée.

Voir l’ensemble des travaux de Chantal Enguehard http://www.sciences.univ-nantes.fr/info/perso/permanents/enguehard/
Roberto Di Cosmo http://www.dicosmo.org/E-Vote/
Explorer les références (une bonne centaine) citées dans ces articles.

Duplication des traitements : voir "

« Vote électronique et preuve papier »
http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/40/94/69/PDF/CREIS2007.pdf

Avis de l’ASTI (plus de 5000 informaticiens) : 
http://asti.asso.fr/archives/archives-2007/communique-vote-electronique


> Vous dites que mes propositions sont irréalistes mais vous posez mal le problème : les
> machines à voter commencent à être très utilisées dans certains pays, je suis d’accord que
> c’est catastrophique et qu’il faudrait revenir au papier mais ce n’est pas nous qui décidons,
> et on peut quand même réfléchir à d’éventuelles solutions électroniques fiables. Vous dites
> « non », moi je dis, regardons si on peut faire quelque chose qui tient la route.

Voir première remarque.


> J’ai évoqué les problèmes de pression de vote, mais merci d’en reparler car effectivement
> c’est un problème plus important que je le pensais. Encore une fois je ne prétends pas
> remplacer le vote papier mais j’essaye de trouver un moyen fiable d’effectuer des votations
> électroniques sur des sujets où le risque de pression est moins prononcé : élections de
> représentants professionnels, etc. De toute manière la pression de vote est susceptible de
> survenir également en cas de vote papier (mais sans preuve possible ce qui est mieux je
> vous l’accorde). Une législation adaptée pourrait peut-être éviter la majorité des dérives.

Toutes les élections portent un enjeu et sont susceptibles d’engendrer des pressions, les élections professionnelles aussi !
Que votera CGT si l’anonymat de son vote peut être levé (ce qui est déjà le cas aujourd’hui avec les votes par internet professionnels) :

 Décret n° 2007-602 du 25 avril 2007 relatif aux conditions et aux modalités de vote par voie électronique pour l’élection des délégués du personnel et des représentants du personnel au comité d’entreprise et modifiant le code du travail (NOR SOCT0751020D)

    extrait : « Les fichiers comportant les éléments d’authentification des électeurs, les clés de chiffrement et de déchiffrement et le contenu de l’urne ne doivent être accessibles qu’aux personnes chargées de la gestion et de la maintenance du système. »


> Pour finir, la cryptographie à clé révélée assure, avec une fiabilité équivalente à celle des
> transactions électroniques, les fonctions de confidentialité et d’authentification. L’une,
> l’autre, ou les deux. Sans connaître ces mécanismes je conçois qu’il soit difficile de
> comprendre pourquoi je pense qu’un système (s’il est dupliqué dans des organismes
> rigoureusement indépendants) pourrait peut-être être viable. Et toutes mes précautions au
> conditionnel ne signifient pas que ce que j’écris est irréaliste, mais que je suis prudent, ce
> qui est plutôt compatible avec l’approche scientifique.

Des cryptographes travaillent sur le vote électronique, mais n’ont pas encore abouti. ces travaux pourront produire des systèmes de vote électronique que tout un chacun ne sera sera PAS en mesure de contrôler, à moins d’assurer une formation de mathématieicien de haut et d’informatiien talentueux à tous les votants...
Actuellement Tous les votants PEUVENT au sens légal et intellectuel, contrôler le vote !

Très cordialement


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès