• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


pingveno 15 février 2010 10:49

Hélas si le vote électronique ne progresse pas en France, ce n’est absolument pas pour les raisons que vous évoquez mais pour des raisons économico-politiques.
La France est un des pays « démocratique »s qui vote le moins. Il n’y a guère que deux scrutins par an et parfois on est obligé de les grouper pour que les gens se déplacent. Dans de telles conditions pourquoi les mairies achèteraient-elles une machine extrêmement chère (car c’est à leur charge) ?
A l’inverse les partis politiques traditionnels ont intérêt à maintenir le vote papier. Pour la même raison : les bulletins imprimés sont à la charge des candidats, mais comptabilisés dans les frais de campagne donc remboursés en cas de score supérieur à un seuil (3 ou 5% suivant les scrutins). On comprend alors que les gros partis pour qui ça ne coûte pas un centime ont intérêt à laminer les petits par ce moyen.

Après, la question est : pourquoi vouloir à tout prix d’un vote électronique ? Pour des raisons écologiques ? Alors voici ma proposition, qu’en pensez-vous ?

A part ça, pour répondre quand même sur l’article et ses propositions au demeurant intéressantes :
Il est très difficile d’empêcher une malversation par un programme pernicieux qui serait caché dans une partie de la mémoire, ou amené par une carte ajoutée à un port de communication de la machine. Après falsification, qui peut s’opérer durant ou après le vote, il n’y a plus aucun moyen de retrouver ce qu’il s’est passé
Pas tout à fait vrai. Nous utilisons régulièrement des codes de contrôle pour savoir si un programme a été altéré ou non. Mais il est vrai que ça permet juste de dire si oui ou non il y a eu altération, pas laquelle.
Même des logiciels certifiés ou open source ne sont pas fiables puisqu’ils peuvent être altérés juste au moment crucial par un sous-programme suffisamment bien caché aux certificateurs ou aux opérateurs.

Et il serait caché où ? Soit il est dans la mémoire de l’ordinateur et on peut au moins vérifier qu’il existe (voir plus haut) soit il s’agit d’un dispositif physique comme les mouchards qu’on retrouve parfois sur les distributeurs de billets. Dans les deux cas ça laisse au moins la possibilité, à défaut d’inverser, du moins de constater l’infraction et déclarer le vote nul.

Bref je vous donne plutôt raison, le vote papier n’est pas parfait non plus et si le vote électronique l’est actuellement moins, il faut y répondre, prendre le temps de l’améliorer au lieu de fermer la porte à toute évolution. Car si les failles des machines à voter sont connues publiquement (c’est d’ailleurs le principe même de la cryptographie : le système le plus fiable est celui qui est bien connu, pas le système obscur dont celui qui trouvera la faille se gardera bien de la révéler) le jour où le vote papier aura une faille on sera bien dans la merde.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès