• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 février 2010 09:57

@zelectron (xxx.xxx.xxx.34) 17 février 18:25

« L’abbé Grégoire propose que la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen soit accompagnée de celle des devoirs, le vote a lieu le 26 août 1789 sans qu’il en soit tenu compte. »

Je n’ai pas cette information mais si elle existe, l’abbée Grégoire parlait-il « des devoirs des citoyens » ou comme je le fais DES DEVOIRS DES DIRIGEANTS ? Ce n’est pas une petite nuance par rapport à la philosophie des devoirs et des droits humains, la différence est fondamentale et la supercherie de la mendicité qui a fonctionné depuis des siècles est toujours là avec ses conséquences. Voulez-vous néanmoins m’indiquer la source de votre information ?

--------------------
@jmv59 (xxx.xxx.xxx.169) 17 février 23:47

« La notion de droit n’est en aucune façon liée à celle de devoir(s) et c’est bien pour cela que toutes les tentatives pour introduire la notion de devoir(s) dans la déclaration des droits de l’homme ont avorté. »

En effet la notion de « droit » n’est pas seulement liée à celle de « devoir », c’est plus profond...
On peut aller jusqu’ à la source de la « légitimité politique » cette condition essentielle de l’équilibre social car je ne vois pas comment et pourquoi un individu se donne la mission de décider du quotidien et même de l’existence entière d’une multitude. Nous n’allons pas reparler ici de l’histoire de l’humanité mais aujourd’hui on peut supposer que la force et la ruse ne doivent plus déterminer la composition de l’Etat ni celle du Gouvernement : On a au moins un « leurre démocratique » qui cache tant bien que mal les intrigues politiciennes et le lot des manipulations à chaque cirque électoral, c’est loin d’être la meilleure légitimité dont doit se prévaloir un gestionnaire des affaires publiques surtout que nous sommes au troisième millénaire de l’intelligence humaine qu’on suppose irreversible. Nous pouvons améliorer la situation et faire mieux en décrétant la VRAIE DEMOCRATIE, celle qui définit la responsabilité, les devoirs et les limites des prérogatives des responsables politiques. C’est cela la définition de la jouissance des droits par tous, c’est cela la construction de la Nation, c’est cela « vivre ensemble » et c’est cela l’humanisme qui permet la meilleure coopération entre les peuples.

« Aucun besoin de recourir à la notion de devoir(s) donc et les seuls devoirs du citoyen ne peuvent être que ceux qu’il s’impose librement à lui-même »

Personne ne peut vous suivre avec une telle affirmation car si vous, vous êtes intelligent au point de comprendre ce qu’est une Nation et tout ce qu’elle exige pour son équilibre et pour son développement harmonieux, il faut au contraire un arsenal de lois et la force de la loi pour vous permettre de vivre sereinement avec votre intelligence : Un monde laissé à l’initiative individuelle et à la volonté collective qui en découle fatalement ne pourra pas durer une semaine... L’anarchie n’est pas synonyme de liberté.

Au contraire quand les dirigeants se mettront à respecter eux-mêmes les lois sociales et à faire respecter ces lois parce que c’est précisément le but de leur mandat, quand ils auront compris le sens de leurs devoirs, il y’aura automatiquement autant de droits que le peuple et les peuples n’auront pas à revendiquer en faisant les mendiants et en restant esclaves.

C’est ce que j’ai dit dans la « DECLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS HUMAINS » (qui est proposée dans la rubrique « internationl ») et c’est ma conviction tout en appelant les lecteurs et les internautes à apporter les plus virulentes critiques.

Cordialement,

Mohammed MADJOUR.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès