• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


éric (---.---.56.149) 28 février 2006 20:26

J’ai toujours été choqué par les campagnes des publicités des magasins Leclerc. Étrangler les fournisseurs pour obtenir des prix bas c’est oublier que les fournisseurs rémunèrent des salariés qui sont aussi des ... consommateurs. Le cas Leclerc est symptomatique de la vision strictement microéconomique des chefs d’entreprises. On ne peut pas demander des prix bas pour ses achats et des prix élevés pour ses ventes. Chaque entreprise répercute sur ses propres fournisseurs le système. La mondialisation de l’économie fonctionne de la même façon : faire fabriquer au coût le plus faible (délocalisations) et vendre là où la demande est solvable. À ce « petit » jeu nos pays occidentaux commencent à perdre, et chez eux, la classe moyenne qui voit disparaître un à un chacun des droits que ses ancêtres avaient difficilement « conquis » et non « acquis » se disloque. Se met en place le « marketing du pauvre » à coup d’ultra discompteurs et autres solderies. La stratégie commerciale y perd de sa lisibilité. Les consommateurs que nous sommes tous ne savent plus quel est le juste prix d’un produit ou d’un service. Nous trouvons 20% moins cher après quelques jours le produit payer « plein pot » précédemment. Bref, nous passons tous, notre temps à vouloir de plus en plus pour de moins en moins et nous finissons... de trop, donc licenciés.

http://classemoyenne.hautetfort.com/archive/2006/02/06/le-marketing-de-la-pauvrete-dernier-rebond-du-capitalisme.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès