• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


domini canus domini canus 24 mai 2010 20:52

Hier, c’était la Pentecôte. Même le monde admire les personnalités « charismatiques ». Quoi de plus charismatique que le célibat consacré, qui, assurément, dépasse l’horizon des considérations humaines que vous évoquez dans votre réponse à ma question, mais qui justement pour cette raison, n’est envisageable que dans la foi, l’espérance et la charité chrétiennes, et qui, par conséquent n’est envisageable que dans un dépassement ?
Merci de lire cette homélie pour des ordinations diaconales dans le diocèse de Nanterre.

Toutes vos objections s’écrasent devant un fait : Jésus, vrai Dieu ET vrai homme, ne s’est jamais marié. Il est resté célibataire. Je pense que vous ne m’objecterez pas que, s’il avait vécu plus longtemps, il aurait pu se marier « sur le tard »...

Jésus lui-même a fait comprendre quelle valeur il attribuait à l’engagement dans la voie du célibat. Selon saint Matthieu, Jésus fait l’éloge du célibat volontaire tout de suite après sa déclaration sur l’indissolubilité du mariage. Comme Jésus a interdit au mari de répudier sa femme, les disciples réagissent : « Si telle est la condition de l’homme par rapport à la femme, il vaut mieux ne pas se marier ». Jésus répond, en donnant au « il vaut mieux ne pas se marier » une signification plus haute : « Ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre cette parole, mais ceux à qui Dieu l’a révélée. Il y a des gens qui ne se marient pas car, de naissance, ils en sont incapables ; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils ont été mutilés par les hommes ; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des Cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ! » (Mt 19, 10-12).

Cela ne veut pas dire que l’on jette une ombre sur l’état matrimonial. Il faut au contraire se rappeler ce qu’affirme le Catéchisme de l’Église catholique : « Les deux, le sacrement du mariage et la virginité pour le Royaume de Dieu, viennent du Seigneur lui-même. C’est Lui qui leur donne sens et leur accorde la grâce indispensable pour les vivre conformément à sa volonté. L’estime de la virginité pour le Royaume et le sens chrétien du mariage sont inséparables et se favorisent mutuellement » (n. 1620 ; cf. Exhort. apostol. Redemptionis donum, 11). Le Concile Vatican II attire l’attention sur le fait que l’acceptation et l’observance du conseil évangélique de la virginité et du célibat consacrés demandent « une maturité psychologique et affective convenable » (PC, 12). Cette maturité est indispensable. En ce qui concerne le célibat consacré, les conditions pour marcher fidèlement à la suite du Christ, sont donc : la confiance dans l’amour divin et son invocation, stimulée par la conscience de la faiblesse humaine ; un comportement prudent et humble ; et, surtout, une vie d’union intense au Christ. Ce dernier point - qui est la clef de toute la vie consacrée - est le secret de la fidélité au Christ comme Époux unique de l’âme, unique raison de vivre.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès