• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


antonio 30 juillet 2010 07:26

A propos de ce que vous dites de l’infanticide, la découverte tout récente de huit cadavres de nouveaux-nés tués à la naissance vient conforter vos dires : hier, aux « infos » de France2 à 13h,dès l’évocation de ce terrible fait divers, on a eu droit à la prestation d’un spécialiste expliquant de long en large ce qu’est un déni de grossesse. ...manque de « pot » pourrait-on dire puisqu’il s’avère que la mère incriminée a reconnu les faits et a surtout avoir à chaque fois su qu’elle était enceinte...Et donc, depuis, les psys cherchent de nouvelles explications qui permettraient de « comprendre » la malheureuse mère...
Déni de grossesse, infanticides sont des conduites bien trop complexes pour être accessibles à la compréhension d’un grand nombre de gens. Mais les « journalistes » n’ont que faire d’une telle complexité. Ils livrent une « explication clé en main » forcément « simpliste » donnant l’illusion au grand public qu’il peut condamner certes mais aussi « comprendre ». C’est une « étrange » mansuétude qui est ainsi « suggérée ».
Personnellement, je suis assez choquée que Mme Courjault, la femme « au congélateur » soit déjà en liberté avec un emploi.
Il est certain qu’un hommes commettant de tels crimes serait voué aux gémonies et ne bénéficierait pas d’une telle « clémence ».....
A noter bien sûr que cette « information » a occupé une large place, permettant une évocation très brève et discrète de « l’affaire Woerth.
Depuis quelques années, un groupe fait l’unanimité contre lui : celui des fumeurs. Celui qui ose sortir d’un restaurant ou d’une réunion pour » en griller une « est l’objet de multiples regards désapprobateurs, avec souvent, en plus, des réflexions. Mais là, c’est bizarre, on condamne, sans expliquer, sans chercher à faire » comprendre « les raisons d’une telle » addiction.« 
En revanche, on ne dit pas un mot sur le hach qui circule dans pratiquement tous les collèges et lycées de France. Il n’y a pas de campagne d’informations, de mises en garde. à grande échelle. Ce sujet n’est pas un tabou.

Pour l’alcool ; c’est pareil : certes, la publicité est interdite mais quand on évoque le sujet dans les médias, c’est en général des grands vins ( Bourgogne, Bordeaux, etc...) qu’il s’agit pour parler des vignobles, de leurs spécificité, de la qualité des cépages, des vins en question.Evidemment, à chaque fois, le commentateur répète comme un perroquet » à boire avec modération « ...comme si les alcooliques ne buvaient que de grands vins ! De plus, dans les pays de vignobles, il y a toute une culture autour de ce breuvage : ses caractéristiques, comment le goûter, le déguster, l’associer à tel ou tel plat, etc...Je connais bien des oenophiles qui font des »dégustations « régulières,  » à l’aveugle « ou pas et qui ne sont surtout pas alcooliques (on » recrache le vin goûté « à chaque fois.)
En revanche, on ne parle jamais de la bière qui est consommée en grande quantité par les jeunes : combien se réunissent autour d’un ou plusieurs packs ? C’est qu’il y a beaucoup d’argent en jeu.

Parler de la consommation de hach, de bière ça ne se fait pas , sans doute pour ne pas » stigmatiser « ( mot très à la mode !) les jeunes !

Régulièrement, à juste titre, on parle de la prévention contre le sida. Mais qu’en est-il des campagnes d’information sur les moyens de contraception ? On me dira qu’on évoque le sujet dans l’Education Nationale mais si peu parfois et si » mal « parfois aussi ( j’ai vu faire !). Une campagne à grande échelle serait sans doute très efficace.Beaucoup de personnes sont très sensibles à la télévision, croient encore que tout ce qui y est dit est vrai.

Un mot encore sur la sécurité routière : c’est bien certes qu’une telle campagne soit faite mais on met tout le monde dans le même panier : le » brave pépé « pris à 52 kilomètres à l’heure, s’il proteste un peu vivement, peut être mis en garde à vue, traité comme un criminel en puissance, même si le » délit «  a eu lieu dans une rue totalement déserte à minuit ! Et pendant que l’Etat amasse de l’argent, on ne parle presque jamais de la nécessaire réfection d’une grande partie du réseau routier.

Je finirai avec l’alimentation : pour l’instant, on ne nous » casse « plus les oreilles avec les » cinq fruits et légumes par jour « ( trop chers sans doute en temps de crise ). Mais on ne fait jamais de » campagne « contre la malbouffe pour dissuader le grand public d’acheter sodas, viennoiseries, gâteaux industriels et j’en passe, aux enfants. Là, il y a bien trop d’intérêts financiers en jeu.

Finalement, une société choisit les tabous qui » l’ arrangent «  soudant, comme vous dites, une population contre les mêmes comportements : pédophiles ( on croirait qu’il y en a un nombre énorme ! ), fumeurs-pollueurs, automobilistes délinquants, vin à proscrire.
Fumer du hach, se saouler à la bière, ignorer les moyens de contraception ’ grossesses d’adolescentes), manger » des cochonneries " , on ne fait pas de campagne nationale sur ces sujets.

Dis-moi quels sont tes tabous et je te dirai qui tu es...

.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès