• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 22 octobre 2010 16:35

Merci, cher Jack, pour ce bel article, que j’ai publié également sur « La plume et l’image » et qui a séduit bon nombre de mes visiteurs.
Pour moi le clair-obscur utilisé par des peintres comme Rembrandt ou La Tour nous plonge dans l’inconnu nocturne, si cher à Rimbaud. La frontière de l’ombre est franchie et le poète murmure : « Lumière, que te voilà menacée ! » Et il poursuit : qu’ai-je à faire de la lumière si elle n’éclaire que l’extérieur ? Il n’est plus besoin de se représenter ce que l’on est ? Ce qui importe, c’est de s’approcher de ce qui sera...
Ainsi, nous aventurons-nous dans un univers surnaturel, familier aux grands méditatifs. Rembrandt extrayait le sien des profondeurs où il reposait, irradié encore de leurs étranges phosphorescences. Quant à Georges La Tour, il allume torches et flambeaux pour rendre visible à nos yeux ce qui ne l’est pas ou si peu. Il nous introduit dans le domaine mystique d’où émane une lumière sans crépuscule, une lumière spirituelle qui ne donne pas à voir, mais à supposer. L’homme marche dès lors sur une crête, sur l’instable ligne de démarcation du jour et de la nuit, du réel et de l’irréel, vers ce quelque chose auquel il aspire sans parvenir à l’atteindre.
Bonne continuation et à bientôt.

Voici le lien pour prendre connaissance de votre article sur mon blog :

http://mon-bloghauteloire.blogs.allocine.fr/


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès