• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


ddacoudre ddacoudre 4 décembre 2010 11:59

bonjour ddt99

je réagis à ton article par l’intermédiaire de ce message car je n’y parviens pas autrement.

je n’ai rien à reprocher à ton analyse qui effectivement série les raisons ayant conduite à notre situation présent.
mon seul reproche est de considérer que les charges, taxation et impositions grèvent le développement des entreprises.

s’il t’est possible ce dont je ne doute pas de comprendre le principe du Fordisme, je ne doute pas que tu comprennes que toutes ces charges et autres que j’énumérais ne sont que la distribution de moyen de consommation différé qui retourne dans l’escarcelle des entreprises de productions de bien ou de service.
et la problématique n’est qu’une organisation d’une loyale compétition entre partenaires qui s’opposerait sur d’autres critères que la réduction des consommations sociales.

la définition de la richesse par la seule production de bien comme moteur de la croissance, n’est qu’un aspect de nos relations économiques et humaine, elle n’est pas une vérité en soi et trouvera son terme. il est évident que ce sont 25 à 27% de l’activité industrielle qui fabriquent la richesse consommée par 70% des services et 3% d’agriculteurs.

or en 1850 c’était toujours 25 à 27% de l’industrie qui nourrissait 30% des services et 47% d’agriculteurs.

une approche seulement économique du monde ne peut être suffisante, l’on ne peut considérer que l’amélioration des conditions sociales humaines soient la résultante de la recherche d’un seul profit de la même manière que l’on retire un profit de l’exploitation d’une mine ou d’un produit quelconque.

tous ceux qui vivent aujourd’hui du tourisme, avec la création de productions parallèle à cela (donc de richesse brute comme tu le soutiens), ne doivent leur développement qu’à la volonté humaniste d’hommes qui ne voulaient pas se laisser exploiter. démontrant en cela que les relations humaines au travers du désirs des hommes qui forgent les idées et idéologies peuvent être créateur de richesse et de bien être.

le fait de nous trouver bloqué par une organisation économique hégémonique car elle n’est pas encore mature et se dit civilisé en continuant de s’appuyer sur nos rapports (dominant dominé) grégaires quelle excite, plutôt que de cherche leur maitrise par la raison et l’intelligence n’est pas en soi une anormalité mais seulement un comportement archaïque qui ressurgi parce qu’il nous habite.

alors tant que nous ne serons pas capable de comprendre cela, de manière fondé nous trouverons toujours une analyse responsable des modifications que le système que nous soutenons engendre, comme tu le fais à juste titre en parlant des délocalisations et autres, tu tiens le même discourt que les génois envers les vénitiens que l’orient envers l’occident, que l’Europe envers l’Amérique et aujourd’hui l’occident envers les pays émergents.

la rareté des productions fait que ce ne sont pas toujours les mêmes qui détiennent le pouvoir que donne la capacité de les produire,
ainsi elles se déplacent ; alors l’on ne peut à la fois soutenir le concept économique qui conduit à cela et se plaindre des ces maux.
c’est ce que nous faisons en permanence, nous allons même au delà car ceux qui en retirent la puissance et le pouvoir distraient les populations de ce débat crucial pour n’exiciter que leur émotions sur des sujets dérivatifs même s’ils sont réels.

je te joins le lien d’un article a paraitre.http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=85399
cordialement.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès